Référendum constitutionnel : le oui l’emporte avec 74 % des voix

Un bureau de vote lors du référendum du 17 novembre 2010 à Antananarivo. © AFP

Le référendum constitutionnel mené le 19 novembre à Madagascar s’est soldé par une victoire imposante du oui, avec 74,13 % des suffrages exprimés pour un taux de participation de près de 53 %. Mais le processus de sortie de crise n’est pas pour autant sur la bonne voie.

C’est tout sauf une surprise : 74,13 % des électeurs malgaches se sont prononcés en faveur de l’adoption d’une nouvelle Constitution au cours du référendum du 17 novembre, selon des résultats provisoires annoncés lundi par la Commission électorale malgache (Ceni).

Selon ces résultats, établis à partir de 99,37 % des bulletins exprimés, le taux de participation atteint 52,91 %, a indiqué à la presse Hery Rakatomanana, le président de la Commission électorale indépendante (Ceni).

Question de participation

Le principal enjeu de cette consultation concernait justement la participation, les partisans du projet espérant qu’elle atteindrait au moins 43 %, comme lors du précédent référendum constitutionnel en 2007.

Le scrutin, qui a été marqué par une mutinerie militaire menée par un petit groupe d’officiers et facilement matée, doit être suivi d’élections municipales (prévues le 20 décembre, elles ont été reportées), de législatives en mars et d’une présidentielle en mai, conformément à un accord politique signé en août entre le pouvoir et une centaine de partis politiques.

Les trois mouvances des anciens présidents Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy, aujourd’hui dans l’opposition, refusent ce processus et ont appelé au boycott de la consultation. La communauté internationale n’a pas non plus donné son assentiment au plan de M. Rajoelina, jugeant l’initiative « pas assez consensuelle ». (Avec AFP)

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique