Côte d’Ivoire : retour de Drogba en sélection, match à risque contre le Mali

La présence de Didier Drogba en équipe nationale est une arlésienne depuis cet été. © AFP

La superstar ivoirienne de Chelsea Didier Drogba pourrait faire son retour en équipe nationale de football lors d’un match amical contre le Mali, le 8 février, après une absence qui dure depuis la dernière Coupe du monde 2010. Pour des raisons de sécurité, la rencontre, initialement organisée à La Courneuve (région parisienne), devrait être déplacée au stade Georges Pompidou de Valence (sud-est de la France).

Didier Drogba de retour parmi les Éléphants ? Cela fait longtemps que les supporteurs ivoiriens l’attendent. Ce pourrait être chose faite dans une quinzaine de jours, à l’occasion d’un match amical contre le Mali le 8 février.

« Si on l’appelle, il viendra », a déclaré un de ses proches à Jeune Afrique jeudi 27 janvier.

Arlésienne

Après la dernière Coupe du monde de football en Afrique du Sud, qui s’est révélée décevante pour les Éléphants, l’entourage de la star de Chelsea avait annoncé qu’il mettait en « stand-by » sa carrière en équipe nationale par « lassitude ».

Il avait démenti cette information, mais n’a toutefois pas joué sous les couleurs ivoiriennes depuis.

S’en était suivi des ennuis de santé (son entraîneur à Chelsea, Carlo Ancelotti avait révélé que Drogba était atteint paludisme) mais l’Ivoirien semble désormais revenu à son meilleur niveau.

Le retour en sélection nationale, un temps prévu pour mars 2011, pourrait donc être avancé, si toutefois le sélectionneur, François Zahoui, le convoque.

Son éventuel retour devrait s’effectuer dans la ville française de Valence (sud-est de la France) où sera organisé la rencontre. « Le match ne se jouera plus à Paris. Ce sera à Valence », a déclaré le président de la commission des équipes nationales de la Fédération ivoirienne de football (FIF) Sory Diabaté à Jeune Afrique.

Initialement prévue à La Courneuve (région parisienne) les autorités françaises ont décidé de délocaliser la rencontre, pour éviter qu’elle ne donne lieu à des affrontements entre supporteurs pro-Gbagbo et pro-Ouattara, comme cela a déjà eu lieu dans la capitale française. La communauté des Ivoiriens de France est en effet concentrée à Paris et dans sa banlieue.