L’armée mauritanienne fait sauter un véhicule bourré d’explosifs avec ses occupants

Des militaires en patrouille à Inga au Niger, le 25 septembre 2010. © AFP

Un véhicule bourré d’explosifs a sauté mercredi matin à Nouakchott. L’armée mauritanienne affirme avoir volontairement provoqué la déflagration. Les trois occupants du véhicule sont morts et plusieurs militaires ont été blessés.

Les habitants de la capitale de la Mauritanie ont été réveillés par une violente explosion dans la nuit de mardi à mercredi. Un véhicule, bourré d’explosifs, a sauté dans un quartier périphérique de la ville aux alentours de 2 heures du matin (locales et GMT), d’après l’agence Reuters.

Selon une source militaire citée par l’AFP, c’est l’armée qui a « fait exploser aux portes de Nouakchott un véhicule bourré d’explosifs qui tentait de s’infiltrer dans la capitale pour y commettre des attentats ».

« Le véhicule a été repéré à 12 kilomètres de l’entrée sud de Nouakchott et visé par un obus d’une unité spéciale de l’armée », a ajouté cette source. Les trois occupants (des terroristes selon cette source militaire) ont vu leurs corps déchiquetés et ne seraient plus identifiables. Des militaires ont également été « légèrement » blessés au cours de l’opération.

Frontière avec le Mali

Trois véhicules entrés dans le pays par la région de Néma, frontalière avec le Mali, étaient recherchés par l’armée mauritanienne depuis samedi.

Ce jour-là, un véhicule suspect s’était approché de la caserne de la ville. Confronté à des tirs de sommation, il avait pris la fuite.

Le 25 août dernier, ce camp avait été visé par un kamikaze, tué par l’armée au volant d’un véhicule bourré d’explosifs. La tentative d’attentat avait été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Mardi dernier, dans le sud-ouest du pays, des militaires mauritaniens avaient déjà arrêté un véhicule tout-terrain bourré d’explosifs avec deux hommes à son bord. L’un d’eux avait toutefois réussi à prendre la fuite.

Le troisième véhicule signalé a également été retrouvé selon une source militaire.

La détermination de Nouakchott à lutter contre Aqmi en fait visiblement une cible privilégiée de la nébuleuse terroriste. (AFP)

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique