Fermer

Togo – Malawi : Keshi et Adebayor en renfort pour les Éperviers

Adebayor est inscrit sur la liste des Togolais contre le Malawi. © AFP

L’ancien sélectionneur des Éperviers, le Nigérian Stephen Keshi est confirmé pour conduire l'équipe togolaise durant les trois dernières journées des éliminatoires de la CAN 2012. Le retour de l’attaquant togolais du Real Madrid, Emmanuel Adebayor est également annoncé.

Précédemment sélectionneur du Mali, Stephen Keshi sera aux côtés des Éperviers lors de la 7e journée des éliminatoires de la CAN 2012 contre le Malawi, à Lilongwe le 26 mars prochain. Le coach, qui revient pour la troisième fois sur le banc de la sélection togolaise, a accepté une pige de trois matchs.

« Tout le monde sait la place que nous occupons aujourd’hui dans le groupe K » (quatrième du groupe avec 3 points), a expliqué Gabriel Améyi, président de la Fédération togolaise de football (FTF). « Nous avons une mince chance de nous qualifier à condition que nous gagnions les trois matchs restants. Et c’est pour saisir cette chance que nous avons opté pour Keshi. »

Améyi précise qu’un nouvel entraîneur sera recruté par la suite. Keshi pourra postuler « s’il le désire ». Mais pour l’instant, le Nigérian est là pour « sortir le pays de la galère », confie le coach, qui a précédemment qualifié le Togo pour la CAN et la Coupe du monde 2006. Il remplace le Français Thierry Froger, poussé à la démission faute de succès. Sous sa coupe, le Togo a chuté de plus de 20 places au classement Fifa (de la 76e à la 103e en février 2011).

Adébayor, le retour ?

Dans la foulée, la FTF annonce le retour de l’ex-capitaine des Éperviers, Emmanuel Adebayor, dont le nom figure parmi les joueurs convoqués pour le périple malawite. « Il est important qu’il soit de l’effectif. Shéyi [Emmanuel Shéyi Adebayor, NDLR] m’a dit de lui envoyer la convocation. Ce que nous avons fait. Il nous rejoindra à Accra ou à Blantyre », a ajouté le président de la FTF.

Mais rien n’est vraiment fait. L’attaquant du Real Madrid, qui avait décidé de prendre sa retraite internationale à la suite de l’attaque dont avait été victime la délégation des Éperviers à Cabinda (Angola), le 8 janvier 2010, n’a pas donné sa réponse. Tout au plus avait-il indiqué sa disponibilité à revenir au sein de la sélection nationale « s’il y a une organisation autour de l’équipe ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici