Fermer

Des violences interethniques ont fait 25 morts en Guinée forestière

Les forces de défense et de sécurité ont procédé à des arrestations (Archive). © AFP

Des affrontements entre communautés kpèles et malinkées faisant au moins 25 morts ont éclaté en début de semaine dans la localité de Galakpaye (Guinée forestière).

Même pour la mosaïque guinéenne, la flambée de violences intercommunautaires qu’a connue la Guinée forestière en début de semaine, est exceptionnelle (et inquiétante).

Au moins 25 personnes ont été tuées dans des affrontements entre Kpèles (« autochtones ») et Malinkés (l’ethnie du président guinéen, Alpha Condé), entre lundi et mardi à Galakpaye (sud-est de la Guinée).

Le féticheur venu du Liberia

Les sources policières, qui rapportent ce bilan (certains habitants évoquent même la mort de 36 personnes), précisent qu’une dizaine de victimes sont décédées brûlées vives. Neuf autres personnes grièvement blessées ont été évacuées à l’hôpital régional de N’Zérékoré. Plusieurs personnes ont été interpelées par les forces de défense et de sécurité dépêchées sur place.

La disparition mystérieuse de plusieurs jeunes hommes dans la région serait à l’origine des troubles. Pour en déterminer la cause, les habitants auraient fait venir un féticheur du Liberia voisin.

Ce dernier aurait alors accusé un octogénaire d’origine malinkée d’avoir jeté des sorts sur les victimes. Le « suspect » aurait alors été égorgé par un parent de disparu, ce qui a provoqué la flambée de violences.

Le féticheur libérien, qui a repassé la frontière entre-temps, est désormais recherché par les autorités locales guinéennes. (avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici