Fermer

Côte d’Ivoire : Ouattara limoge des chefs d’institutions proches de Gbagbo

Par Jeune Afrique

Laurent Dona Fologo reçu par Alassane Ouattara le 15 avril 2011 à Abidjan. © AFP

Le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara a mis fin vendredi aux fonctions des présidents du Conseil économique et social, Laurent Dona Fologo, et de la Cour suprême, Tia Koné. Mais à celles des présidents du Grand chancelier de l'ordre et de deux membres de la Cour constitutionnelle, proches ou soutiens de l'ex-président Laurent Gbagbo.

M. Ouattara a mis fin aux fonctions de Laurent Dona Fologo à la tête du Conseil écononomique et social, le troisième personnage de l’Etat dans l’ordre protocolaire, selon un communiqué de la présidence publié vendredi soir.

En mars, en pleine crise post-électorale née de la présidentielle contestée de novembre 2010, M. Fologo avait notamment déclaré: "On ne négocie pas les résultats d’une élection, il n’y a rien à négocier (…) Quel type de compromis on peut trouver après des élections entre quelqu’un qui été élu (ndlr M. Gbagbo) et l’autre (ndlr M. Ouattara) qui n’a pas été élu?".

Marcel Zadi Kessy, nouveau président du CES

Il a été remplacé par Marcel Zadi Kessy, président du Conseil d’administration du groupe Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE)-Société de distribution d’eau de la Côte d’Ivoire (Sodeci).
Le chef de l’Etat a également démis le président de la Cour suprême, Koné Tia, et le Grand chancelier de l’ordre national de la République de Côte d’Ivoire, le général Issouf Koné.

Peu après l’arrestation le 11 avril de Laurent Gbagbo, MM. Tia et Koné avaient fait ensemble allégeance à M. Ouattara. Le premier a été remplacé par le magistrat hors hiérarchie Mamadou Koné, et le second par Henriette Dagri-Diabaté, professeur d’histoire.

Création de la Commission Vérité et Réconciliation

Enfin deux membres du Conseil constitutionnel, MM. Jacques André Daligou Monoko et Félix Tano Kouakou, qui figurent sur la liste des proches de Laurent Gbagbo sanctionnés par l’Union européenne, ont aussi été démis de leurs fonctions.

Le président Ouattara, qui a prêté serment le 6 mai et sera investi le 21 mai à Yamoussoukro, a par ailleurs signé l’ordonnance créant la Commission dialogue, vérité et réconciliation, qui sera dirigée par l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny.