Fermer

Chine : dix milliards de dollars pour la Côte d’Ivoire

Par Jeune Afrique

Lancement des travaux de l'autoroute Abidjan-Bassam en présence d'Alassane Ouattara. © AFP

D'ici à six ans, la Chine pourrait octroyer dix milliards de dollars de prêts à la Côte d'Ivoire pour financer de grands projets d'infrastructures.

Selon Albert Mabri Toikeusse, ministre chargé du Plan et du Développement, interrogé par l’agence Bloomberg, la Chine pourrait prêter 10 milliards de dollars à la Côte d’Ivoire à des taux préférentiels sur les six prochaines années afin de financer des projets d’infrastructures. Un montant deux fois plus important que l’annonce faite par le président Ouattara il y a un an lors de son retour de Pékin.

Des contrats de gré à gré

La majorité des prêts concessionnels seront octroyés par Exim Bank, augmentant encore les passations de contrats publics de gré à gré en Côte d’Ivoire, Pékin exigeant que les travaux soient réalisés par des groupes chinois. Contacté par Bloomberg, le conseiller économique chinois Lu Pang n’a pas souhaité commenter l’information. Environ 2,5 milliards de dollars seront consacrés à l’expansion du port d’Abidjan qui, outre la Côte d’Ivoire, dessert également le Mali et le Burkina Faso.

Lire aussi :

Côte d’Ivoire : ce que Ouattara attend de la Chine
Pékin double la mise avec 20 milliards de dollars de crédits

Deux autres milliards devraient être utilisés pour construire une voie ferrée entre la ville de Man, située non loin de la frontière guinéenne, et San Pedro, le second port du pays. Toujours dans l’Ouest, l’entreprise chinoise Sinohydro a commencé la construction du barrage hydroélectrique de Soubré, d’une puissance de 275 megawatt pour un montant de 500 millions de dollars. Au mois de janvier, la Chine avait également accordé un financement de 120 millions d’euros destiné à la réalisation de l’autoroute entre Abidjan et Grand Bassam. Cent millions d’euros avaient déjà été octroyés en 2012 pour renforcer l’approvisionnement en eau potable de la capitale à partir de la nappe de Bonoua.

Cantonné au BTP

Le partenariat entre le Chine et la Côte d’Ivoire a débuté dans les années 1990 par le financement de projets relativement modestes comme le périmètre rizicole de Divo, la construction du palais de la culture ou de l’hôpital de Gagnoa (9 millions de dollars). Si l’Empire du Milieu est depuis largement monté en puissance, ses intérêts restent pour le moment cantonnés au secteur du BTP.

Interrogé par Jeune Afrique au mois d’avril, Pang Lu n’envisageait pas d’inciter ses concitoyens à investir dans les domaines pétrolier, minier ou même agricole à l’exception de la fourniture d’intrants ou de produits phytosanitaires. Une trentaine d’entreprises chinoises, pour la plupart publiques, seraient actuellement présentes en Côte d’Ivoire. « Nous sommes encore très loin des Français », précisait-il alors.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro