Fermer

Ghana : la fille de Nkrumah brigue l’investiture de son parti pour la présidentielle

Écrit par André Silver konan

Samia Nkrumah est revenue au Ghana en 2008 pour faire de la politique, comme son père. © D.R.

La fille du premier président ghanéen Kwame Nkrumah, Samia, est candidate à l'investiture du parti fondé par son père, le CPP, dont elle est également la seule députée.

Comme elle l’avait annoncé, Samia Nkrumah, députée de Jomoro (ouest du Ghana) s’est portée candidate à l’investiture du Parti pour la convention du peuple (CPP) lundi. Entourée de plusieurs de ses proches, elle s’est rendue au siège du CPP, à Accra, et a rempli les formalités de son dossier de candidature. Le congrès d’investiture du candidat du CPP à l’élection présidentielle de décembre 2012 aura lieu en septembre 2011, à Tamalé, ville phare du nord ghanéen.

« On a besoin d’un changement radical », estime Samia Nkrumah, qui est la deuxième femme à se lancer dans la course à l’investiture d’un parti politique pour 2012. La première à avoir franchi ce cap est Nana Konadu Agyeman-Rawlings, l’ex-Première dame. Celle-ci sollicite l’investiture du Congrès national démocratique (NDC, parti au pouvoir).

Disgrâce

Samia Nkrumah, 51 ans depuis le 23 juin, devra affronter deux autres candidats au sein de son parti, populaire à l’arrivée de Nkrumah pouvoir mais tombé en disgrâce à cause de l’autoritarisme dont le père de l’indépendance a fait preuve. Depuis la chute de ce dernier, en 1966, son exil en Guinée et son décès, le parti peine à se rétablir dans le paysage politique ghanéen, dominé par le NDC du président John Atta Mills et le Nouveau parti patriotique (NPP) de l’opposant Nana Akufo-Addo.

À la dernière élection présidentielle de 2008, le CPP a obtenu 1,3% des voix et est venu en troisième position, très loin derrière ses deux principaux adversaires. Le seul siège au Parlement du parti est celui de Samia Nkrumah, revenue au pays en avril 2008 pour se présenter aux législatives.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici