Fermer

Somalie : la famine s’étend

Par Jeune Afrique

Un enfant somalien dans un hôpital de Mogadiscio, le 2 août 2011. © AFP

L'ONU a déclaré trois nouvelles régions somaliennes en état officiel de famine, incluant les camps de réfugiés de Mogadiscio. Au total, 3,2 millions de personnes auraient besoin d'une aide alimentaire d'urgence dans le sud du pays.

Trois nouvelles régions sont venues s’ajouter mercredi à la liste onusienne des territoires en famine en Somalie. Le site du corridor d’Afgoye, où sont entassées 409 000 personnes, la communauté de déplacés de Mogadiscio et les districts de Balaad et d’Adale dans le Moyen Shabelle, rejoignent donc les deux zones du Sud désignées le mois dernier par l’ONU, à savoir celles de Bakol et du Bas Shabelle.

Par l’intermédiaire de la FAO (Food and Agriculture Organisation), les Nations Unies ont indiqué que toutes les régions du Sud de la Somalie pourraient bientôt être touchées par la famine. En tout, c’est 3,7 millions de personnes qui seraient menacées, pour une population de 7,5 millions au total, lesquelles nécessiteraient une aide humanitaire d’urgence pour leur survie. Et l’urgence est de taille puisque l’agence onusienne évoque une échéance de quatre ou six semaines.

Réponse humanitaire inadéquate

Pourtant, plus tôt mercredi, l’Union Africaine avait déclaré avoir reporté d’au moins deux semaines une conférence prévue le 9 août. Ce sommet devait réunir des chefs d’État africains, des organisations régionales ainsi que des partenaires internationaux, afin, précise l’UA, de « stimuler les dons sur le continent et de combler les besoins de financement. » Outre la Somalie, la sécheresse s’abat également sur le Kenya, l’Éthiopie, Djibouti, le nord de l’Ouganda et très vraisemblablement l’Érythrée.

Ainsi, confie l’ONU, « malgré une attention plus importante ces dernières semaines, la réponse humanitaire actuelle reste inadéquate ». Des dizaines de milliers de personnes  – dont près de 29 000 enfants – ont d’ores et déjà trouvé la mort dans ce qui apparaît comme le pire épisode de famine depuis au moins 1991. (Avec agences)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici