Fermer

Mali : des militaires libyens pro-Kadhafi infiltrés au nord

La région du nord du Mali compte de nombreux Touaregs prêts à prendre les armes. © D.R.

Une colonne d'au moins dix véhicules armés en provenance du sud-ouest de la Libye est entrée au Mali par la frontière avec le Niger, jeudi 25 août dans l'après-midi. Avec à sa tête un lieutenant-colonel touareg de l'armée de Kadhafi. Quelles sont ses intentions ?

Des sources concordantes ont confirmé l’information. Une colonne de dix véhicules dirigée par un lieutenant-colonel d’origine touareg appartenant à l’armée libyenne pro-Kadhafi vient de rentrer au nord du Mali. Elle a été aperçue par des habitants de la localité de Boughassa, dans la région de Kidal.

Interrogées sur la présence de ces militaires libyens, apparemment binationaux et loyalistes, dans le nord du Mali, des sources sécuritaires avancent trois hypothèses. La première est qu’aujourd’hui Kadhafi est véritablement en bout de course. Parmi ses troupes, ce serait donc le sauve-qui-peut. « Il est possible que des loyalistes qui ont la nationalité malienne fasse défection et retournent à leur pays d’origine avec leurs armes pour les vendre à Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi). Et se fondre ensuite dans la population locale. »

Encore une rébellion touarègue ?

La deuxième hypothèse, qui n’est pas la meilleure, est qu’une énième rébellion touarègue se prépare dans le septentrion malien. « Nous avons des informations selon lesquelles l’ex-chef rebelle Ibrahim Ag Bahanga, qui s’est retiré dans le désert au nord de Kidal avec un groupe de combattant touareg depuis quelques temps, a réussi à avoir au moins cinquante véhicules armés en provenance de la Libye », nous confie une source sécuritaire à Bamako.

La troisième hypothèse, qui n’est pas négligeable même si elle apparaît moins probable, est que le colonel Kadhafi veuille ouvrir un nouveau front au nord du Mali contre les rebelles et l’Otan. De fait, dans cette zone, peuplée essentiellement par les membres de la communauté arabo-touarègue, le colonel Kadhafi compte beaucoup de supporteurs. Au mois de mars, plusieurs convois des jeunes Touaregs avaient quitté les villes de Gao, Tombouctou et Kidal en direction de la ville de Sebha en Libye, dans le but de combattre aux côtés des militaires de Kadhafi.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici