Fermer

Égypte : des témoins à charge dans le procès Moubarak

Par Jeune Afrique

Retransmission sur écran géant du procès Moubarak le 15 août 2011 au Caire. © Khaled Desouki/AFP

Le procès de l’ex-président égyptien Hosni Moubarak au Caire, lancé le 3 août, entre lundi dans le vif des accusations avec l’audience des témoins. Objectif : déterminer la responsabilité dans l’affaire du meurtre des manifestants durant la révolution de Janvier.

Le procès du président égyptien déchu, Hosni Moubarak, va reprendre ce lundi 5 septembre. « Le tribunal va écouter quatre témoins à charge, dont le chef du service de communication au sein de la force de sécurité centrale (anti-émeutes), et des officiers responsables des salles des opérations de la même force » a fait savoir le quotidien gouvernemental al-Ahram.

La session de lundi doit se pencher sur la question de la responsabilité des tirs d’hommes embusqués contre des manifestants lors du soulèvement populaire du 25 janvier au 11 février, qui ont abouti au renversement de l’homme fort de l’Egypte.

La cour cherche ainsi à savoir si les ordres de tirer sur la foule ont été donnés sous la seule responsabilité du ministère de l’Intérieur, ou si Moubarak était aussi impliqué. L’ancien ministre de l’Intérieur, Habib el-Adly, est jugé en même temps que l’ancien chef d’état pour la répression de l’insurrection populaire qui a fait près de 850 morts. Leur responsabilité, si elle est démontrée, est passible de peine de mort.

Pas de retransmission télévisée

Mais contrairement aux deux premières audiences du procès Moubarak, qui se sont tenues les 3 et 15 août, la fin du procès ne sera pas retransmise en direct à la télévision. Cette mesure a été décidée par le président de la cour pénale, le juge Ahmed Refaat, manifestement excédé par l’atmosphère survoltée régnant dans la salle lors de la précédente audience, en particulier parmi les avocats des plaignants.

Hosni Moubarak et ses deux fils, Alaa et Gamal, sont également inculpés pour corruption et enrichissement illicite. Un richissime homme d’affaire, Hussein Salem, est jugé par contumace dans le même procès.

L’ancien président, souffrant de problèmes cardiaques et de dépression, est en détention préventive dans un hôpital de la banlieue du Caire. Ces derniers mois, l’éventualité d’un cancer a fait l’objet d’informations contradictoires, le ministère de la santé niant cette possibilité soulevée par l’avocat du président. Ses deux fils sont quant à eux détenus à la prison de Tora, dans la périphérie sud de la capitale.

Avocats koweitiens à la rescousse

« Nous sommes cinq avocats koweïtiens et nous sommes venus défendre Hosni Moubarak par  gratitude à l’égard de l’ancien président qui avait soutenu le Koweït lors de l’invasion irakienne en 1990 », a fait savoir Fayçal el-Oteibi, le chef de la nouvelle équipe dont une partie est arrivée dimanche au Caire.

Mais le ministre égyptien de la Justice Abdel Aziz el-Guendi, cité par le journal indépendant al-Masri al-Youm, a toutefois indiqué qu’aucune demande officielle d’avocats koweïtiens « n’a été encore déposée », et qu’il n’était pas acquis qu’ils puissent participer au procès lundi.

Une chose est sûre cependant : Hosni Moubarak est le premier dirigeant renversé par les révolutions arabes à comparaître en personne devant la justice, le tunisien Zine el-Abidine ayant eu la présence d’esprit de fuir en Arabie Saoudite, et le libyen Mouammar Kadhafi étant introuvable depuis la chute de Tripoli fin août.

Le procès historique de celui qui a régné sans partage sur le plus peuplé des pays arabes est donc suivi avec un énorme intérêt par la population égyptienne. Et partout ailleurs dans la région, où les populations attendent leur tour.

(Avec AFP)

 
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici