Fermer

Côte d’Ivoire : premier meeting des pro-Gbagbo sous l’ère Ouattara

Par Jeune Afrique

Capture d'écran de Laurent Gbagbo, datée du 11 avril 2011 sur la chaîne ivoirienne TCI. © DR

Les partisans de Laurent Gbagbo du Front populaire ivoirien (FPI) se sont réunis dimanche à Koumassi, un quartier d'Abidjan. Une première depuis l’arrestation de leur leader, le 11 avril.

L’ombre de Laurent Gbagbo, ex-président de Côte d’Ivoire, plane encore sur la vie politique ivoirienne. Une centaine d’irréductibles partisans de Gbagbo se sont rassemblés dimanche à Koumassi, un quartier populaire d’Abidjan. Une première pour ces militants du Front populaire ivoirien (FPI), depuis l’arrestation de leur leader le 11 avril, par les forces pro-Ouattara soutenues par la France et l’ONU.

Libérer Gbagbo

A l’occasion de ce meeting, le FPI a appelé le président élu Alassane Ouattara à libérer Laurent Gbagbo car « sans Gbagbo il n’y a point de réconciliation en Côte d’Ivoire », a déclaré Jules Yao Yao, député FPI de Koussami.  Il en a aussi profité pour nier les accusations de déstabilisation du régime en place dont le FPI fait l’objet. « Le FPI est pour une prise du pouvoir d’État par les urnes » a-t-il déclaré, ajoutant : « Nous préférons la force des arguments à l’argument de la force ».

Les militants du FPI seraient donc prêts à accepter le jeu démocratique cinq mois après que leur chef de file se soit accroché à son poste, refusant sa défaite, face à Alassane Ouattara, à l’élection présidentielle de novembre 2010. La crise entre les deux camps ennemis qui suivit a coûté la vie à près de 3 000 personnes.

Assignés à résidence à Korhogo dans le nord du pays avec son épouse Simone (/Article/ARTJAJA2639p018-023.xml0/), Laurent Gbagbo attend son procès pour « crimes économiques » (malversations financières, corruption). La Cour pénale internationale (CPI) devrait quant à elle se prononcer sur les accusations de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité.

(avec AFP)

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici