Fermer

Somalie : la famine gagne encore du terrain

Par Jeune Afrique

750 000 personnes menacées de mort par la famine dans la Corne de l'Afrique. © AFP

Une sixième région somalienne est touchée par la famine, a annoncé l'ONU mardi. Quelque750 000 personnes risquent de mourir dans les quatre prochains mois si l'aide humanitaire nécessaire n'est pas acheminée rapidement.

La région de Bay, dans le sud de la Somalie, est à présent en situation de famine suite à la sécheresse exceptionnelle qui sévit dans la Corne de l’Afrique depuis plusieurs mois. C’est la sixième région somalienne rattrapée par cette catastrophe humanitaire. « Des dizaines de milliers de personnes sont déjà mortes, dont plus de la moitié étaient des enfants », rappelle le FSNAU.

Alors que le précédent bilan de l’ONU, dressé en juillet, estimait les personnes en danger de mort à 450 000, le dernier en date fait état de 750 000 personnes menacées rien qu’en Somalie, un pays recensant moins de 8 millions d’habitants.

« Au total, quatre millions de personnes sont en situation de crise en Somalie, dont 750 000 qui risquent la mort dans les quatre prochains mois en l’absence d’une réponse adéquate », a prévenu dans un communiqué le centre d’analyse pour la sécurité alimentaire (FSNAU) de l’ONU.

Un petit milliard de dollars de dons

Or le niveau actuel de réponse à la crise humanitaire est insuffisant. Seulement 59% de l’aide réclamée par l’ensemble des pays de la Corne de l’Afrique a été versée à ce jour. Le montant total des versements est d’un milliard de dollars (selon les chiffres de l’ONU, arrêtés au 1er septembre), alors que la Corne de l’Afrique aurait besoin de 2,4 milliards de dollars (plus du double) pour enrayer cette famine sans précédent.

Environ 12,4 millions de personnes vivant dans la Corne de l’Afrique sont frappées par la pire sécheresse depuis des dizaines d’années, selon l’ONU. Mais la Somalie reste de loin le pays le plus touché, en raison de la guerre civile qui fait rage depuis 1991. Le conflit a détruit nombre d’infrastructures et rend toujours très difficile l’accès au centre et au sud du pays.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici