Fermer

RDC : le TP Mazembe va demander des réparations financières à la CAF

Le TP Mazembe en 2009. © AFP

Exclu de la Ligue des Champions 2011 après l’affaire Besala, le TP Mazembe a déposé une plainte devant la FIFA. Le club congolais (RDC) espère désormais obtenir une compensation financière de la part de la Confédération africaine de football (CAF).

La FIFA se penche très sérieusement sur le dossier Mazembe-Confédération africaine de football (CAF). C’est en substance le résumé que MeGrégory Ernes, l’avocat belge du TP Mazembe, fait de la situation actuelle. L’instance dirigée par Joseph Blatter a été saisie par trois plaintes. La première émane des Corbeaux contre la CAF suite à son exclusion de la Ligue des Champions ; la seconde provient de Janvier Besala contre l’Espérance de Tunis, concernant le contrat de travail et les conditions de séjour du joueur lors de son passage dans la capitale tunisienne ; la troisième, pour les mêmes motifs que la seconde, est conjointe entre le joueur et le club katangais.

« Les trois plaintes ont été regroupées en une seule. Mazembe et Besala ont reçu le soutien de la Fédération congolaise de football (Fecofa, RDC) »,  ajoute Maître Ernes. La plainte relative au cas Besala va être examinée par la commission du statut du joueur de la FIFA. « Cela ne devrait pas trop tarder », assure l’avocat liégeois. Mais le traitement de la plainte du club katangais suite à son exclusion de la Ligue des Champions par la commission de discipline de la FIFA prendra plus de temps. « Cela est bon signe, car cela prouve que la FIFA prend le dossier au sérieux », commente Me Ernes, selon qui Mazembe entend réclamer des compensations financières à la CAF.

Préjudice moral et financier

« Nous allons demander des dommages et intérêts pour le préjudice moral subit, car l’honneur et la réputation de Mazembe ont été atteints. Et nous allons aussi exiger réparation pour le préjudice financier, car cette exclusion de la Ligue des Champions fait perdre au club de l’argent – droits télé, sponsoring, recettes guichet. Un préjudice assez simple à évaluer », affirme Maître Ernes. Qui préfère pour le moment rester évasif sur les sommes en jeu.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici