Fermer

Libye : les forces armées du CNT en route pour attaquer Syrte

Par Jeune Afrique

Des combattants du CNT libyen, le 15 septembre 2011 près de Misrata. © AFP

Alors que le président français Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron sont arrivés ce matin à Tripoli pour une visite éclair mais néanmoins historique, au même moment, les forces armées du Conseil national de transition (CNT) se préparaient pour la grande bataille de Syrte, ville natale et un des derniers bastions de Mouammar Kadhafi.

Sous une forte chaleur, un convoi de plus de 500 véhicules surmontés d’armes lourdes sont partis le jeudi 15 septembre de la ville libyenne de Misrata en direction de Syrte, sous le regard des habitants qui faisaient le V de la victoire et scandaient « Dieu est grand ».

Le but des troupes du CNT est de prendre Syrte en tenaille. Une partie des véhicules s’est regroupée à Tawarga, au sud de Misrata, la troisième ville de Libye, pour avancer le long de la côte, ont indiqué des commandants. Une autre attaquerait depuis le sud par le désert du côté de la localité de Waddane dans l’oasis de Djofra pour isoler Syrte de l’autre principal bastion pro-Kadhafi, Sebha, la plus grande ville du Sud, ont-ils ajouté.

Vengeance et détermination

Misrata est une ville rebelle qui a été assiégée pendant plusieurs mois par les forces pro-Kadhafi, faisant plus d’un millier de morts. « Nous allons rendre à Kadhafi la monnaie de sa pièce. Nous avons été attaqués à Misrata sur trois fronts et à présent nous allons attaquer Syrte sur trois fronts », a indiqué à l’AFP Fawzy Sawawy, commandant de la Brigade des Montagnes à Tawarga.

« Nous allons encercler et libérer Syrte », a-t-il affirmé. « Nous voulons sécuriser la route de Ras Jadid (à la frontière tunisienne – extrême ouest) à Salloum (à la frontière égyptienne – extrême est). »

La plupart des brigades faisant partie du convoi est composée de combattants aguerris venant de Misrata. « Misrata a les meilleurs combattants de Libye. Notre moral est bon. Nous allons effacer Kadhafi et ses hommes de la face de la terre », affirme, déterminé, un autre combattant de Misrata, Khaled Baker. « Les mercenaires ne se rendent pas, ils combattront jusqu’à la mort, mais les soldats de Kadhafi pourraient se rendre car il ne sera vraisemblablement pas sur place pour commander leur loyauté », a ajouté ce combattant de la brigade des Montagnes.

Mercredi 14 septembre, Mouammar Kadhafi, toujours en fuite, s’est exprimé via la chaîne syrienne Arraï  à propos de la situation à Syrte. Le colonel Kadhafi a accusé l’Otan de « terrorisme et de destructions indescriptibles à Syrte ».

(Avec AFP)

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici