Fermer

Libye : le CNT adoubé à l’ONU, Kadhafi continue de fanfaronner

Le chef du CNT Moustapha Abdeljalil et Barack Obama à l'ONU, à New York, le 20 septembre 2011. © AFP

Les chefs du CNT ont obtenu de nouveaux signes de reconnaissance internationale mardi à New York. Mais un nouveau message de Mouammar Kadhafi, toujours insaisissable, a été diffusé.

Le chef du Conseil national de transition (CNT) libyen a été reçu comme un véritable chef d’État par Barack Obama, son drapeau hissé devant le siège des Nations-unies, son autorité reconnue par l’Union africaine… Les symboles de reconnaissance internationale se sont accumulés mardi pour les ex-rebelles libyens.

Le chef de l’organisation, Moustapha Abdeljalil, a remercié les États qui l’ont soutenu dans les combats contre Mouammar Kadhafi (qui ont fait 25 000 morts au total d’après lui) et que les anciens dignitaires du régime recevraient « un procès équitable », lors d’un sommet avec les pays « amis ».

"Cela prendra du temps…"

Il s’est également entretenu en tête-à-tête avec le président américain Barack Obama. Ce dernier a appelé à des élections « libres et justes » (sans fixer de date butoir) et estimé que la transition à venir serait difficile. « Après des décennies d’un règne de fer par un seul homme, cela prendra du temps de construire les institutions nécessaires pour une Libye démocratique », a-t-il déclaré.

De fait, la composition du nouveau gouvernement libyen est toujours inconnue. Le numéro 2 du CNT, Mahmoud Jibril, qui avait également fait le déplacement à New-York, a affirmé qu’il serait annoncé « dans une semaine à dix jours maximum ».

En attendant, Barack Obama a promis la poursuite des opérations de l’Otan tant que les Libyens seraient « menacés », promesse que le président français Nicolas Sarkozy a également fait sienne.

Kadhafi toujours sur le sol libyen ?

Les combats ne sont pas encore terminés en Libye (notamment autour de Syrte, Sebha et Bani Walid) et l’ancien « Guide », Mouammar Kadhafi, est toujours en fuite. Selon la Maison blanche, Moustapha Abdeljalil estime qu’il se trouve toujours sur le sol libyen.

Celui-ci est toujours en mesure d’enregistrer et de diffuser des messages. L’un d’entre eux a été diffusé mardi par la télévision Arraï à Damas. « Ce qui ce passe en Libye est une mascarade ne tenant que grâce aux bombardements aériens qui ne dureront pas éternellement », a-t-il déclaré. (avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici