Fermer

Cameroun : l’opposition dénonce des irrégularités dans l’organisation de la présidentielle

Par Jeune Afrique

L'opposition dénonce des "dysfinctionnements inadmissibles" dans l'organisation du scrutin. © AFP

L’opposition camerounaise dénonce des irrégularités dans l’organisation de la prochaine élection présidentielle. Assez pour tronquer les résultats du vote et assurer la réélection de Paul Biya. 

Paul Biya, président du Cameroun depuis 1982, a beau répété que l’indépendance et la neutralité d’Elecam, l’agence électorale en charge de l’organisation de l’élection présidentielle du 9 octobre, sont « garanties », l’opposition n’en croit pas un mot.

"Une montagne d’irrégularités"

Le Social democratic front (SDF), principal parti d’opposition, a dénoncé des irrégularités dans l’organisation du prochain scrutin présidentiel mardi 27 septembre.

« Il y a toute une montagne d’irrégularités », a déclaré Evariste Fopoussi, responsable de la communication au SDF, à l’AFP. En cause : des doublons et des absences dans les listes électorales.

« Des doublons se retrouvent sur les listes en même temps que des noms des compatriotes qui se sont régulièrement inscrits et à qui on a délivré des récépissés au moment de l’inscription n’y figurent pas », précise le parti d’opposition sur son site de campagne.

Un journaliste de l’AFP a lui-même constaté des doublons sur une liste affichée à l’antenne communale du sixième arrondissement de Yaoundé d’Elecam. Des bureaux de vote différents étaient attribués à certains de ces électeurs.

Elecam mis en cause

Outre des listes électorales erronées, l’opposition met en cause Elecam pour des retards dans le calendrier. « Au regard de la loi, cet organe aurait dû accomplir cette tâche (affichage et distribution des cartes) 25 jours avant la date de tenue du scrutin soit exactement depuis le 14 septembre », accuse le SDF sur son site internet. Mais Elecam n’a commencé l’affichage que le 23 septembre, soit 16 jours seulement avant le vote.

C’est l’authenticité même des résultats du vote qui pourrait être mis en doute. « Ces manœuvres insidieuses opérées délibérément sur les listes électorales par Elecam (…) révèlent des fraudes massives qui se préparent », accuse le parti. « Ces dysfonctionnements inadmissibles sont de nature à hypothéquer gravement le bon déroulement de l’élection et la sincérité du scrutin », prévient-on au SDF.

Derrières ces manigances frauduleuses, l’opposition voit la main invisible de Paul Biya, prêt à tout pour se maintenir au pouvoir.

(Avec AFP)

 

Lire les autres articles du dossier

«Présidentielle camerounaise : Paul Biya, jusqu'à quand ?»

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici