Fermer

Miss Cap-Vert bute sur la forteresse Europe

Par Jeune Afrique

Tirzah Evora devrait passer deux semaines au Ghana pour obtenir un visa pour la Grande-Bretagne... © MissWorld.com

Pas facile d'obtenir un visa pour l'Europe quand on est africain, même quand on s'appelle Tirzah Evora et qu'on a gagné le concours de Miss Cap-Vert. Pour d'obscures raisons administratives, la belle devrait être privée du concours de Miss Monde, qui se déroule à Londres le 1er novembre.

Le concours Miss Monde est un cercle très fermé. Si le canon de la beauté est bien sûr un critère indispensable pour y tenter sa chance, l’obtention d’un visa pour accéder à la compétition est tout aussi recommandé. Miss Cap-Vert l’a appris à ses dépens…

Selon les journaux de l’archipel, Tirzah Evora, bien que désignée plus belle femme de son pays en octobre, ne pourra pas défendre ses chances au concours Miss Monde le 1er novembre à Londres, n’ayant pu obtenir le visa nécessaire pour fouler le sol anglais. À qui la faute ?

La Grande-Bretagne ne disposant pas de représentation diplomatique au Cap-Vert, Tirzah Evora devait se tourner vers le Ghana, qui possède une ambassade anglaise sur son sol, pour se voir délivrer le précieux sésame. À condition de satisfaire à plusieurs exigences.

Double complication

Ainsi, tout candidat à l’obtention d’un visa à l’ambassade britannique d’Accra doit séjourner 15 jours dans la capitale. Le temps, sans doute, de vérifier l’identité, les motivations et les garanties financières du requérant.

Première complication : le concours Miss Cap-Vert 2011 a été retardé à cause de problème d’organisation. Il s’est tenu au mois d’octobre alors qu’il était prévu en août, pour cause d’élection présidentielle. Ce qui a laissé peu de temps à Tirzah Evora pour se préparer et effectuer ses démarches administratives.

Autre problème : « ni l’organisation ni la candidate n’avaient les moyens de se payer un séjour de deux semaines au Ghana », a déclaré M.Morales, organisateur du concours Miss Cap-Vert. Qui n’est sans doute pas en odeur de sainteté avec les nouvelles autorités de Praia, car celles-ci n’auraient pas répondu à ses sollicitations pour essayer de débloquer une situation kafkaïenne.

Amère, Thirtsa Evora a déclaré « qu’il est frustrant de voir que certaines personnes ne font rien pour que le Cap-Vert puisse être représenté à ce concours ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici