Égypte : le procès d’Hosni Moubarak ajourné au 28 décembre

Par Jeune Afrique

L'ex-président égyptien Hosni Moubarak au tribunal du Caire le 7 septembre 2011. © AFP

Le procès du dictateur déchu égyptien Hosni Moubarak est ajourné au 28 décembre, a annoncé dimanche 30 octobre l’agence officielle Mena. Un laps de temps qui devrait permettre à la justice d’étudier la demande des avocats des victimes de remplacer le président du tribunal.

« Le tribunal pénal du Caire, présidé par le juge Ahmed Refaat, a décidé d’ajourner le procès de l’ancien président Hosni Moubarak, de ses fils Alaa et Gamal, de l’homme d’affaires Hussein Salem et de l’ancien ministre de l’Intérieur égyptien Habib el-Adli et six de ses collaborateurs au 28 décembre », a déclaré dimanche 30 octobre l’agence officielle Mena.

Le report du procès du dictateur déchu égyptien fait suite à une demande des avocats des familles des victimes. Fin septembre, ils avaient demandé le remplacement du président du tribunal, qui, selon eux, conduirait les audiences de façon « non conforme à la justice ».

Audition des témoins

Le procès reprendra une fois « tranchée la demande de récuser le tribunal », a répondu l’agence Mena. D’ici le 3 novembre, une juridiction d’appel devrait auditionner des témoins au sujet de la demande des avocats, a encore précisé l’agence. Samedi, certains juges se sont déclarés incompétents à examiner les requêtes des avocats des parties civiles, a-t-elle ajouté.

Hosni Moubarak est jugé pour corruption et meurtre de manifestants, dans la révolution qui l’a conduit à quitter le pouvoir mi-février.

(Avec AFP)