Fermer

Afrique de l’Ouest : l’internet haut débit dans 23 pays pour fin 2012

Par Jeune Afrique

Le câble sous-marin ACE installé au Gabon le 27 octobre 2011. © AFP

Une vingtaine de pays de l'Afrique de l'Ouest bénéficieront d’un nouvel accès Internet haut débit au second semestre 2012. C’est ce qu’a indiqué l’entreprise France Télécom qui depuis la fin du mois de juillet pose un câble sous-marin de 17 000 km reliant la France à l’Afrique du Sud.

Un nouveau câble sous-marin desservira l’ouest de l’Afrique pour faciliter l’accès à l’Internet haut débit dans une vingtaine de pays au deuxième semestre 2012, a annoncé France Télécom mercredi 9 novembre.

Baptisé Africa Coast to Europe (ACE), ce câble de 17 000km reliera la France à l’Afrique du Sud, selon le communiqué de l’entreprise française. ACE est le premier câble sous-marin international en accès direct pour sept pays d’Afrique de l’Ouest (Mauritanie, Gambie, Guinée, Sierra Leone, Liberia, Sao Tome & Principe et Guinée Équatoriale).

Un accès au haut débit encore limité

Cette infrastructure devrait permettre de mieux relier cette région à l’internet haut débit, encore peu répandu en Afrique. Seuls 0,7% du continent en profitaient fin 2008 selon France Télécom. Certains pays d’Afrique de l’Ouest ont par ailleurs été plusieurs fois été privés d’accès à la Toile ces dernières années. Dernier événement en date, en mai 2011, un bateau avait coupé le câble SAT-3 qui connecte la région au réseau mondial. Le Togo, le Bénin ou la Côte d’Ivoire n’avaient alors plus d’accès pendant plusieurs jours.

Le projet, dont le coût s’élève à 700 millions d’euros, offre une alternative à d’autres projets le long de la côte occidentale de l’Afrique.

Depuis 2009, la capacité internet de l’Afrique a été multipliée par 300. Le marché des câbles sous-marins est lui en plein boom. Outre les nombreux chantiers en Afrique, plusieurs projets sont également en cours au Moyen-Orient et en Asie.

(Avec AFP)

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici