Fermer

Égypte : Aliaa Almahdy, la star nue de la liberté (suite)

Malgré toutes les pressions, Aliaa Almahdy a laissé sa photo sur son blog. © D.R.

Après avoir reçu des menaces, la jeune blogueuse égyptienne Aliaa Almahdy est poursuivie pour insulte à l’islam. Il y a quelques semaines, elle avait publié une photo d’elle nue sur son blog pour défendre la liberté d’expression.

L’initiative osée d’Aliaa Almahdy est à l’origine d’un grand scandale sur la blogosphère égyptienne. Pour combattre l’obscurantisme, la jeune fille qui se présente comme « laïque, libérale, féministe, individualiste et végétarienne » sur son compte Twitter, a posé nue devant l’objectif. Et son cliché a fait le tour du monde, relayé par les médias internationaux.

Depuis, Aliaa a reçu de nombreuses menaces. Son petit ami, Kareem Amer, lui-même blogueur et condamné à quatre ans de prison en 2007 pour « insulte à l’islam » et à l’ex-président Moubarak sur internet, a expliqué au blog CyberDissidents.org : « Quand Aliaa a publié la photo de nu sur internet, c’était le fruit de sa propre décision. (…) Certains ont menacé de nous poursuivre et d’informer la police. (…) Je suis très fier d’elle. Je suis fier de sa forte personnalité et du courage avec lequel elle exprime son opinion. Je ne pourrai jamais être aussi courageux qu’elle. Aliaa est importante pour moi et je ne la quitterai jamais ».

"Immoralité et débauche"

Un groupe de « diplômés en loi islamique » a quant à lui assigné il y a un peu plus d’une semaine Kareem et Aliaa devant le procureur général. Tous deux sont accusés de « répandre l’immoralité et la débauche » aux dépens de la religion musulmane. Mais malgré tout, Aliaa a laissé sa photo sur son blog.

Cependant en Israël, une quarantaine de femmes soutiennent la jeune blogueuse et ont choisi de poser nues pour lui rendre hommage, en postant leurs photos sur une page Facebook. Elles portent une banderole indiquant en hébreu et en anglais « Amour sans limites ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici