Tunisie – Libye : Marzouki en visite à Tripoli

Par Jeune Afrique

Moncef Marzouki lors d'une rencontre avec des hommes d'affaires le 23 décembre 2011 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Moncef Marzouki a foulé pour la première fois le sol libyen en tant que président de la Tunisie. Une visite officielle sur fond d'insécurité et de troubles économiques.

Mis à jour à 16h26

Moncef Marzouki l’avait promis dès le lendemain de son élection, à la mi-décembre : son premier déplacement à l’étranger se ferait en Libye.  Chose promise, chose due, le président tunisien est arrivé à Tripoli ce lundi 2 janvier 2012.

À sa descente d’avion, à l’aéroport de capitale libyenne, il a été accueilli par le président du Conseil national de transition libyen (CNT), Mustapha Abdeljalil et des membres du gouvernement libyen.

Marzouki doit s’entretenir avec Abdeljalil et le Premier ministre Abderrahim el-Kib. Il doit aussi faire étape dans les villes de Misrata et de Benghazi, où il rencontrera des membres du CNT.

La sécurité au principal poste frontalier entre les deux pays, Ras Jdir, sera au programme des discussions. Celui-ci a été fermé à plusieurs reprises depuis la chute du régime de Kadhafi en août, à cause d’attaques menées par des groupes armés libyens. Le 31 décembre, un gendarme tunisien a même été enlevé. Un incident qui aurait pu compromettre le voyage de Moncef Marzouki, si le gendarme n’avait été libéré dès le lendemain.

La question des relations économiques entre la Tunisie et la Libye sera également étudiée lors de cette visite qui prendra fin le 3 janvier. Moncef Marzouki s’est d’ailleurs fait accompagner, pour ce premier voyage, d’une délégation importante d’hommes d’affaires. À sa tête, Wided Bouchammoui, présidente du syndicat patronal tunisien qui prône l’instauration d’un espace commun entre les deux pays frontaliers.

Abdeljalil et Marzouki devraient tenir une conférence de presse à la fin de la journée de lundi.

(Avec AFP)