Fermer

CAN 2012 – Hervé Renard : « Il ne faut pas enterrer le Sénégal »

L'objectif de Renard est d'atteindre au moins les quarts de finale de la CAN 2012, comme en 2010. © Abdelhak Senna/AFP

Vendredi à Bata, la Zambie a fait chuter le Sénégal (2-1), un des favoris de la CAN. Mais pour Hervé Renard, le sélectionneur des Chipolopolos, l’équipe de son homologue Amara Traoré, qui affronte la Guinée Equatoriale ce mercredi, est loin d’être éliminée.

Jeune Afrique : La Zambie a réussi son entrée dans la compétition en dominant le Sénégal (2-1), et elle pourrait assurer sa qualification dès mercredi face à la Libye…

Hervé Renard : (Amusé) Oui, et j’ai d’ailleurs remarqué qu’on parlait davantage de la défaite du Sénégal que de la victoire de la Zambie. Mais si les Sénégalais ont perdu, c’est parce que nous avons réussi à les gêner au maximum. Je connais bien cette sélection. J’ai eu l’occasion de la voir jouer à de nombreuses reprises. Je savais qu’il fallait entrer dans ce match sans avoir peur d’elle.

Comment avez-vous réussi à déjouer une des meilleures équipes du continent ?

Le Sénégal a peu de points faibles. Il faut donc les exploiter.

La Zambie est une équipe qui pratique un jeu technique. Nous savions que deux des défenseurs sénégalais, Mangane et S. Diawara, ont, parce qu’ils sont grands, du mal à se retourner. Nous avons joué en profondeur, en essayant de passer au maximum dans leur dos. Le Sénégal d’Amara Traoré a peu de points faibles. Il fallait donc les exploiter.

Le Sénégal n’a pas eu beaucoup d’occasions, malgré son potentiel offensif…

Avec Sow, P. Cissé, Niang et Ba, le danger est perpétuel. Alors, il fallait laisser peu d’espaces, être très présent dans les duels, récupérer le ballon très vite, en essayant de trouver la profondeur. Mais ce n’est pas parce qu’il a perdu que le Sénégal est éliminé. Il ne faut surtout pas l’enterrer, car il va réagir.

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici