Fermer

Burkina Faso : opération séduction à Paris

Luc Adolphe Tiao emmène à Paris une importante délégation ministérielle. © AFP

Le Burkina Faso organise à Paris du 1er au 3 février une grande conférence pour inciter bailleurs et milieux d’affaires à financer son programme "Bâtir ensemble un pays émergent". Montant des investissements recherchés : plusieurs milliards de F CFA.  

L’affirmation peut prêter à sourire, mais c’est un fait : du 1er au 3 févier 2012 à Paris, le Burkina Faso a rendez-vous avec son destin. Son Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, emmène à Paris une importante délégation ministérielle (Tourisme, Agriculture, Mines et Énergie, Infrastructures, Industrie et Commerce, Économie et Finances…) ainsi que de nombreux hommes d’affaires à la conférence internationale sur le financement de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (Scadd) du pays. L’événement est parrainé par la France et la Banque mondiale.

« On vient proposer aux investisseurs de profiter des opportunités de notre programme – Bâtir ensemble un pays émergent – de 7 000 milliards de Francs CFA sur la période 2011-2015, explique le chef du gouvernement. On souhaite attirer de plus en plus de groupes privés et favoriser les partenariats public-privé ». Les ressources propres du gouvernement sont censées couvrir 63,3 % des besoins, tandis que 36,7% seront assurés par les financements extérieurs.

Secteurs stratégiques

La délégation burkinabè présentera l’environnement des affaires, les secteurs stratégiques (agriculture et agroindustrie, mines, infrastructures, services) et fera le point sur les réformes en cours (réglementation des filières, droit du travail, incitations fiscale…). Parmi les projets présentés, la construction de l’aéroport international de Donsin qui doit occuper un espace de 4 400 ha à 35 km de Ouagadougou, la réhabilitation du chemin de fer Côte d’Ivoire-Burkina, l’extension de la ligne ferroviaire jusqu’à Niamey, l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, la création d’une nouvelle cimenterie, le programme de 10 000 logements sociaux…

Autres initiatives phares : le développement des zones aurifères et autres minerais (zinc, manganèse…) et le pôle de croissance agro-industriel de Bagré, situé dans la province du Boulgou à 230 kilomètres de la capitale. Ce projet est financé par la Banque mondiale à hauteur de 115 millions de dollars. La construction d’un barrage hydro-électrique sur le fleuve Nakambé permettra d’y développer la riziculture, l’élevage, la pêche, l’aquaculture.

Plus de 200 participants, partenaires multilatéraux et bilatéraux, investisseurs privés, responsables de fonds souverains sont attendus à la conférence pour y discuter des possibilités de financement et des opportunités d’affaires.
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici