Fermer

Sénégal : à Dakar, l’opposition unie contre la candidature d’Abdoulaye Wade

Idrissa Seck (2e D), Ousmane Tanor Dieng (G),et Moustapha Niasse,le 4 février 2012 à Dakar. © AFP

C’est en rang serré que l’opposition sénégalaise a tenu dimanche 5 février son premier meeting de campagne à Dakar. Au menu du jour, un seul mot d'ordre : "Wade doit retirer sa candidature !".

Réunie à Dakar pour son premier meeting de campagne, l’opposition a tenu à afficher son « unité » et une cible commune, Abdoulaye Wade. Huit candidats de l’opposition sénégalaise ont tenu leur premier meeting de campagne dimanche 5 février, place de l’Obélisque à Dakar, devant un peu plus d’un millier de personnes. La veille, samedi, ils s’étaient formellement engagés à « rester unis » à l’approche du scrutin présidentielle du 26 février jusqu’à obtenir le retrait de la candidature du président sortant.

« Pas d’élection présidentielle au Sénégal avec Wade », proclamait une large banderole signée du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe opposants et représentants de la société civile. Alioune Tine, coordinateur du M23 et président de la Rencontre africaine des droits de l’Homme (Raddho), était le grand ordonnateur de ce « méga-meeting ».

"Nous irons jusqu’au bout"

Sous les applaudissements, les trois cadors de l’opposition, Moustapha Niasse, Macky Sall, Idrissa Seck – tous trois d’anciens Premiers ministres de Wade -, et Ousmane Tanor Dieng, ont tour à tour pris la parole, essentiellement en langue locale Wolof.

« Nous irons jusqu’au bout, jusqu’à ce que Wade retire sa candidature, Wade doit partir! », tonne Tanor Dieng. « Le combat ne saurait se limiter à la place de l’Obélisque, étendons le à tout le Sénégal! », enchaîne Macky Sall. Youssou Ndour, dont la candidature a été invalidée par le Conseil constitutionnel, était lui aussi présent. « Prenez vos responsabilités », a-t-il répété à la foule.

Le rassemblement s’est déroulé dans le calme, une grosse satisfaction pour l’opposition qui avait déployé un important service s’ordre afin d’éviter tout débordements.

Seule ombre au tableau, la faible mobilisation, bien loin des attentes et inférieure à la manifestation de mardi. « Avec l’anniversaire de la naissance du prophète, les départs en province pour ce week-end férié, nous savions que nous ne ferions pas le plein », a expliqué Cheikh Tidiane Dieye, l’un des leaders du M23.

Wade à Mbacké

« Mais nous voulions être présents pour ce premier jour de campagne et diffuser notre message d’unité », a-t-il tout de même condédé.

De son côté, le président Abdoulaye Wade a débuté sa campagne électorale dans son fief de Mbacké près de Touba, la cité sainte des Mourides, en allant recueillir la bénédiction du khalife général des mourides à Touba. « Je viens rendre visite à mon marabout, et lui demander de prier pour moi », en vue de l’élection, a déclaré le président Wade.

(Avec AFP)

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici