Algérie : Bouteflika fixe la date des législatives au 10 mai

Bouteflika espère que la participation sera "massive" pour les législatives du 10 mai 2012. © Omar Sefouane pour J.A

Dans son discours annonçant la date des prochaines élections législatives algériennes, qu'il a fixées au 10 mai 2012, Abdelaziz Bouteflika a particulièrement insisté sur la responsabilité des partis politiques. Et sur la nécessité d'ouvrir l'Assemblée nationale aux "jeunes et aux femmes compétentes".

Les élections législatives algériennes auront lieu le 10 mai prochain, a annoncé jeudi 9 février le président Abdelaziz Bouteflika, lors d’un discours radio-télévisé. Des législatives que le président algérien voit comme une « nouvelle étape des réformes politiques » entamées. La nouvelle Assemblée nationale algérienne devra amender les modifications apportées à la Constitution en novembre 2008.

Abdelaziz Bouteflika espère que la « participation (sera) massive » afin de donner à la nouvelle assemblée plus de « crédibilité ». Il attend pour cela « des partis politiques, des syndicats et des organisations de la société civile qu’ils œuvrent ensemble à mobiliser les électeurs et les électrices, les jeunes en particulier », a-t-il martelé.

Le chef de l’État a particulièrement insisté sur le rôle et l’importance des partis politiques – dont dix-sept nouveaux ont été récemment autorisés à tenir leurs congrès constitutifs. Selon lui, ceux-ci sont « incontournables lorsqu’il s’agit de la crédibilité, de l’efficacité et du respect total des règles régissant les prochaines élections législatives » ; et ils sont censés « mettre au point des programmes viables et sérieux » avec « des candidats et candidates capables d’assumer pleinement leur mandat parlementaire ».

De 389 à 462 sièges

Abdelaziz Bouteflika a également mis l’accent sur la nécessité d’« ouvrir largement la voie aux femmes et aux jeunes qualifiés de manière à enrichir la composante humaine [des] institutions constitutionnelles », a-t-il poursuivi. La nouvelle loi électorale accorde aux femmes 20 à 40% des places sur les listes électorales, contre un quota initial de 33%.

À l’occasion de ces élections, le Conseil des ministres algérien a approuvé mardi 8 février une nouvelle ordonnance, prévoyant l’augmentation du nombre de sièges de l’Assemblée populaire nationale (APN) de 389 à 462 sièges. Cette augmentation répond au principe selon lequel la détermination et la répartition des sièges sont liées exclusivement à la densité démographique. Selon le dernier recensement de 2008, qui fait état d’un chiffre de 34 080 030 habitants, la population algérienne a augmenté de quatre millions d’habitants par rapport à 1998.

(Avec AFP)