Forbes Africa : le camerounais Njorku parmi les meilleures start-up africaines

Njorku est une plateforme consacrée à la recherche d'emploi en Afrique. © D.R.

Fondée à Buea au Cameroun, la jeune pousse Njorku a été sélectionnée par le prestigieux magazine Forbes pour figurer parmi les 20 start-up qui comptent en Afrique.

Depuis quelques jours, Njorku (www.njorku.com) est sous les feux de la rampe. Onze mois après sa création, la startup camerounaise basée à Buea connaît son heure de gloire depuis qu’elle a été sélectionnée par le magasine Forbes dans les 20 principales startups technologiques en Afrique. Parmi quelques célébrités, comme le réseau de messagerie instantané sud-africain Mxit et ses 45 millions d’utilisateurs, mais aussi beaucoup d’autres jeunes pousses venues du Ghana, du Kenya ou du Nigeria.

« L’idée de Njorku est venue en 2009, nous avons travaillé sur le projet en 2010 avant de créer réellement Njorku en 2011 », explique Bertrand Kima, l’un des quatre fondateurs de cette plateforme consacrée à la recherche d’emploi en Afrique. Depuis le succès est grandissant, avec environ 15 000 visiteurs par jour désormais, et plus de 50 000 annonces d’emploi.

Recherche de fonds

Recensant tout d’abord les offres au Nigeria, Njorku (éléphant dans la langue Dikome Balue) s’est peu à peu étendu au Cameroun, à l’Afrique du Sud, au Ghana, au Kenya, à l’Ouganda puis à l’Égypte. « Nous voulons couvrir tous les pays africains mais nous manquons cruellement d’argent pour nous développer », souligne Bertrand Kima. Basé à Baltimore, ce jeune entrepreneur est âgé d’à peine 25 ans, comme les autres co-fondateurs de Njorku. Mais il ne manque pas d’énergie pour trouver de son côté de l’Atlantique des financiers pour son entreprise.

Un entrepreneur camerounais basé au Canada, Hervé Tchepannou, a déjà investi dans l’aventure. Avec l’effervescence créée par le classement de Forbes Africa, les candidats devraient se faire plus nombreux. En attendant, les serial entrepreneurs fondateurs de Njorku (Churchill Mambe Nanje, Bertrand Kima, Segue Gontran et Ebot Blaise) continuent à gérer leurs différentes affaires, principalement dans le développement de site internet (Afrovision Group et Kimberts Solutions).