Fermer

Côte d’Ivoire : Jeannot Ahoussou Kouadio pressenti à la primature

Ahoussou a été l'un des directeurs de campagne de Ouattara pendant l'entre-deux-tours en 2011. © Thierry Charlier/AFP

Le suspens diminue d'heure en heure en Côte d'Ivoire au sujet du nom du futur Premier ministre. Selon certaines sources sur place, c'est Jeannot Ahoussou Kouadio, ministre de la Justice sortant, qui devrait être nommé dans les prochains jours pour succéder à Guillaume Soro.

Après plusieurs semaines de tractations, la formation du nouveau gouvernement est imminente en Côte d’Ivoire. Les indices en sont patents : au début de mars, le président Alassane Ouattara a adressé une missive aux ministres pour leur enjoindre de rester dans le pays et de surseoir à tout déplacement. Et mardi 6 mars, il s’est rendu à la résidence d’Henri Konan Bédié, le président du PDCI, pour peaufiner l’ossature du prochain exécutif.

C’est désormais l’avocat Jeannot Ahoussou Kouadio, actuel ministre d’État, ministre de la Justice et proche d’Henri Konan Bédié, qui fait figure de grandissime favori pour succéder à Guillaume Soro, l’actuel Premier ministre. De bonne source, sa nomination devrait être annoncée dans les prochains jours, au lendemain de ses 61 ans.

« Bédié est d’accord pour Ahoussou, avec lequel il partage une très longue histoire depuis le coup d’État de 1999 », affirme un proche du président du PDCI. « Le 29 février, Ouattara a confirmé à Jean-Marc Simon, l’ancien ambassadeur de France, que ce serait lui », confirme un diplomate français en poste à Abidjan.

Ahoussou "frère de lumière"

Jeannot Ahoussou connaît bien le chef de l’État, dont il a été l’un des directeurs de campagne lors du second tour de la présidentielle, en novembre 2010. Avocat de formation, il a exercé de nombreuses années au barreau ivoirien avant de faire le grand plongeon dans le marigot politique. Il est également membre de la franc-maçonnerie et fréquente la Grande Loge unie de Côte d’Ivoire (Gluci) en qualité d’apprenti.

Outre celui de Ahoussou, trois autres noms circulaient à Abidjan pour la « Maison blanche » – comme on surnomme la primature en Côte d’Ivoire : le ministre de l’Économie Charles Koffi Diby, celui des Affaires étrangères Daniel Kablan Duncan, et l’Inspecteur d’État Emmanuel Gnamien N’Goran. De son côté, Guillaume Soro a déjà fait ses adieux à ses collaborateurs. Mercredi 7 mars, il assistera vraisemblablement à la dernière réunion hebdomadaire du Conseil des ministres au palais présidentiel.

Reste qu’un certain suspense demeure du côté du gouvernement. « Tous les ministres veulent rempiler. Des lobbyings intenses se font en coulisses, mais le président a déjà sa petite idée de la future équipe ministérielle », confie un proche du chef de l’État. Le deuxième gouvernement de l’ère Ouattara devrait être constitué de technocrates. On annonce le départ d’au moins une dizaine de ministres. Lesquels iront siéger au Parlement ou seront appelés à d’autres fonctions.

________

Par Baudelaire Mieu, à Abidjan

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici