Fermer

Vidéo – Mali : Iyad Ag Ghaly, le leader d’Ansar Dine, se met en scène

Capture de vidéo représentant Iyad Ag Ghaly, leader du groupe Ansar dine. © YouTube

Le groupe salafiste Ansar dine d'Iyad Ag Ghaly a publié sur le web une vidéo dans laquelle s’enchaînent scènes de combats et de prières, ainsi que des interventions de ses leaders ou de ses otages. Un mélange de revendications envers les autorités maliennes et de propagande destinée à inciter les jeunes à rejoindre le mouvement.

Dirigé par Iyad Ag Ghaly, une figure emblématique des rébellions touarègues de 1991 et 2006, le groupe salafiste Ansar dine a publié le 11 mars une vidéo (ci-dessous) dans laquelle on découvre des scènes de prières alternant avec des images de l’assaut lancé le 24 janvier dernier sur le camp militaire d’Aguelhok, au Nord-Mali. D’une durée de 12 minutes, elle a été largement partagée sur les réseaux sociaux depuis sa publication.

On y découvre Iyad Ag Ghaly, tout de blanc vêtu, chaussure fermée au pied, dirigeant une prière avec ses hommes. Toute la scène est ensuite entrecoupée d’images parfois difficilement soutenables de combats à Aguelhok, où l’on voit notamment des cadavres de soldats maliens gisant dans le sable.

Dans la cour du camp militaire, on aperçoit encore Ag Ghaly, sourire aux lèvres, habillé en noir et escorté par ses hommes, rentrer dans un dépôt d’armes. Puis son chef de guerre, Cheick Aoussa, intervient à son tour.

Revendications en arabe

Dans un discours en arabe traduit en tamasheq (à la 7e minute), Cheick Aoussa ne présente pas vraiment de revendications indépendantistes, contrairement au Mouvement de libération de l’Azawad (MNLA). Il déclare même qu’Ansar dine est une composante de la société musulmane du Mali. « Le groupe entend instaurer la charia (loi islamique) sur ses membres et les autres musulmans pour la paix et le salut au Mali. De fait, le Mali a envoyé des militaires sur nos terres et on s’est défendu », affirme-t-il.

Aoussa revient également sur les combats contre l’armée malienne. On découvre alors les images d’un camion et d’un semi-blindé BRDM en feu, puis des otages militaires. « Je suis le caporal Hassane Ould Dahma, matricule 11 402, 7e compagnie, GNM [Groupement de la garde Nationale, NDLR], Gao… Nous partions en mission pour Aguelhok, lorsque nous avons fait un accrochage avec Ansar dine. Nous sommes 30 otages : 4 arabes, 2 tamasheqs et le reste des sudistes », dit l’un d’entre eux (10e minute). Aucune image ne confirme bien-sûr les graves accusations portées par le Mali, et réitérées par le président Amadou Toumani Touré dans une interview au Figaro ce jeudi, concernant des « crimes de guerre » qu’auraient commis Ansar Dine pendant la prise du camp d’Aguelhok.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici