Fermer

Égypte : 75 personnes devant la justice pour le drame de Port-Saïd

Par Jeune Afrique

Les manifestations qui ont suivi le drame ont fait 16 morts au Caire et à Suez (nord). © AFP

Accusés de meurtre et de négligence ayant causé la mort, 75 personnes dont neuf policiers et trois responsables du club de football Al-Masry sont poursuivies par la justice égyptienne. 74 supporteurs avaient trouvé la mort lors d’affrontements en marge d’un match de football, le 1er février dernier.

Le général Issam Samak, chef de la sécurité de Port-Saïd à l’époque des faits figure parmi les 75 personnes poursuivies. Une inculpation qui risque fort d’alimenter les soupçons de nombreux Égyptiens au sujet de la complicité des forces de l’ordre, accusées d’avoir laissé faire les émeutiers par vengeance contre des « ultras », fortement politisés. Présents massivement dans les rangs des révolutionnaires, ceux-ci avaient participé à la chute du régime de Hosni Moubarak.

Neufs policiers figurent également dans la liste des personnes poursuivies par la justice. Une enquête parlementaire avait en outre déjà conclu à une négligence pour le moins coupable de la police, l’accusant d’avoir sous-estimé la possibilité d’affrontements.

Violences préméditées ?

Enfin, trois responsables du club de football Al-Masry sont aussi poursuivis, de même que deux adolescents qui seront présentés à un tribunal pour mineurs, a précisé le procureur général d’Égypte dans un communiqué. Pour rappel, les violences avaient éclaté après la victoire surprise de l’équipe locale d’Al-Masry face à Al-Ahly. Des affrontements qui – peut-être – n’auraient pas été tout à fait spontanés, voire auraient été prémédités, certains supporteurs ayant été appréhendés avec des couteaux, des pierres et des explosifs sur eux.

Le drame de Port-Said avait déclenché plusieurs jours d’émeutes et des affrontements entre manifestants et policiers. Les suspects ont pu être identifiés grâce aux vidéos tournées lors des évènements, et des aveux ont été récoltés par le bureau du procureur général.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici