Fermer

RDC : Reynders, le chef de la diplomatie belge, en visite à Kinshasa

Le ministre belge avait boycotté la prestation de serment de Joseph Kabila en RDC. © AFP

Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères, est en visite  à Kinshasa pendant deux jours. Il a estimé mardi 27 mars qu’une révision du processus de compilation des résultats par la Commission électorale (Ceni) était nécessaire en vue d’une amélioration de la situation en RDC.

En visite à Kinshasa les 27 et 28 mars, le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, a jugé mardi qu’une révision du processus de compilation des résultats par la Commission électorale (Ceni) était nécessaire en vue d’une amélioration de la situation en République démocratique du Congo (RDC). « Il faut que ce processus soit revu. Je pense que le Parlement qui s’installe doit faire en sorte qu’il y ait une amélioration du mode de fonctionnement de la Commission électorale (Ceni) », a-t-il déclaré.

Près de deux mois après la publication des résultats d’élections législatives remportées par les partis favorables à Kabila, la RDC attend toujours son nouveau gouvernement. Le processus électoral a été suspendu dans l’attente d’un nouveau calendrier pour les élections provinciales et sénatoriales, alors que la Cour suprême n’a pas encore traité l’ensemble des quelques 500 recours déposés à l’issue des législatives. La Cour devait ainsi annoncé les résultats définitifs des législatives le 6 avril.

« Tout le monde a reconnu une très grande participation et un très bon fonctionnement du processus électoral le jour des élections (…) C’est dans le processus de compilation que les problèmes sont intervenus et que les critiques ont été les plus fortes », a ajouté le ministre belge. Des rapports d’observateurs nationaux et internationaux, notamment de l’Union européenne, ont déploré le manque de transparence ou de crédibilité du processus électoral marqué par de multiples irrégularités. L’opposant Étienne Tshisekedi a rejeté les résultats et s’est autoproclamé président élu. Didier Reynders avait d’ailleurs renoncé mi-décembre à venir à Kinshasa pour la prestation de serment de Joseph Kabila.

Réformer la Ceni

Lors de sa visite, le ministre a assuré avoir constaté « que la volonté de reformer la Ceni comme la volonté de permettre un accompagnement peut-être plus constant des prochaines élections provinciales et locales est une démarche qui entre dans la logique des autorités congolaises ». C’est sur la Ceni que s’était concentrées la grande majorité des critiques.

« Beaucoup d’observateurs (électoraux) ont quitté (la RDC) juste après les élections et, pour ceux qui sont restés, les relations avec la Ceni n’ont pas toujours été les meilleures », a-t-il relevé, jugeant que « c’est sur ces points là qu’il faut travailler si on veut ensemble collaborer au financement et à l’organisation des élections provinciales et locales ».

Le chef de la diplomatie belge doit rencontrer des représentants de la majorité et de l’opposition, et devrait être reçu mercredi par le président Kabila, avant son retour à Bruxelles.

(Avec AFP)
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici