Fermer

Mali : l’UA prend des sanctions contre la junte et les rebelles touaregs

La liste des personnes visées par les sanctions de l'UA sera établie avec l'aide de la Cedeao. © Tony Karumba/AFP

L'étau se resserre autour de la junte malienne, contre laquelle l'union africaine (UA) a pris mardi plusieurs sanctions, dont des interdictions de voyager et des gels d'actifs. Une décision également dirigée contre les rebelles touaregs.

Après la Cedeao, c’est au tour de l’Union africaine de prendre des sanctions contre la junte au pouvoir à Bamako depuis le 22 mars. Mais les rebelles touaregs et islamistes qui ont pris le contrôle du nord du pays ne sont pas épargnés, même s’ils sont bien évidemment beaucoup moins sensibles aux rétorsions internationales non armées.

« La commission de l’UA va établir la liste des individus concernés en coopération avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest » (Cedeao), a expliqué, à Addis Abeba, Ramtane Lamramra, le commissaire de l’organisation panafricaine en charge de la paix et de la sécurité.

Effet immédiat

« Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA a décidé d’imposer avec effet immédiat des mesures individuelles, parmi lesquelles une interdiction de voyager et le gel des actifs, contre le chef et les membres de la junte militaire », a précisé Lamramra.

« Ces sanctions concernent également tous les individus et entités qui contribuent d’une façon ou d’une autre au maintien du statu quo anticonstitutionnel », a-t-il ajouté, indiquant que cette décision concernait également les « dirigeants et membres des groupes armés et rebelles dans le nord du Mali ».

(Avec AFP)


Afficher L’avancée de la rébellion touarègue au Mali sur une carte plus grande

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici