Afrique du Sud : Jacob Zuma va épouser sa quatrième femme, Bongi Ngema

Par Jeune Afrique

Le président sud-africain Jacob Zuma, le 29 mars 2012 à New Delhi. © AFP

Le président sud-africain Jacob Zuma va prendre une quatrième épouse, Bongi Ngema, le weekend prochain. Ce sera le sixième mariage du chef d’État, qui a déjà eu un enfant avec sa future femme.

Trois femmes, et bientôt une quatrième. Tel est le palmarès du président sud-africain Jacob Zuma, dont le nouveau mariage est prévu dans quelques jours. « Le président va officialiser sa relation avec sa fiancée, Mlle Bongi Ngema, lors d’une cérémonie privée traditionnelle à Nkandla le week-end prochain », a déclaré Mac Maharaj, le porte-parole de la présidence.

Au total, ce sera donc le sixième mariage du chef d’État, qui a fêté ses 70 ans le 12 avril. En 1998, Jacob Zuma a divorcé de Nkosazana Dlamini-Zuma, candidate de l’Afrique du Sud à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA). Une autre de ses épouses, Kate, s’est quant à elle suicidée en 2000. Le président sud-africain aurait eu, en tout, une vingtaine d’enfants.

Les futurs époux ont, eux, déjà eu un fils ensemble, aujourd’hui âgé de trois ans. Titulaire de plusieurs diplômes, Bongi Ngema a déjà exercé un rôle diplomatique. Elle avait notamment accompagné le président sud-africain lors d’une visite d’État au sommet du G20 l’année dernière en Corée du Sud.

Dernier mariage ?

Dimanche matin, le Sunday Times avait annoncé le mariage de Jacob Zuma et Bongi Ngema. Le journal sud-africain a également fait état du coût de la rénovation de la propriété présidentielle de Nkandla : quelque 6 millions d’euros ont été déboursés pour accueillir la cérémonie. Le président n’a pas lésiné sur le prix mais il se pourrait bien que ce mariage soit le dernier. Lorsque on lui a demandé, le 13 avril, à l’occasion de sa fête d’anniversaire, s’il en avait fini avec les mariages, le président a répondu : « Je pense que oui ».

Les aventures amoureuses du président polygame ont souvent fait parler d’elles. En 2006, Jacob Zuma avait notamment été accusé de viol, après avoir eu des relations sexuelles avec une amie et militante séropositive. Le chef d’État, qui avait par ailleurs déclaré à la cour avoir pris une douche pour se protéger du virus VIH, avait néanmoins été acquitté.

(Avec AFP)
 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici