Fermer

Mauritanie : une marche pour la démission de Mohamed Ould Abdelaziz

Par Jeune Afrique

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz en juin 2011. © AFP

Des milliers de jeunes Mauritaniens se sont donné rendez-vous dans les rues de Nouakchott, le dimanche 22 avril, pour exiger la démission du président Mohamed Ould Abdelaziz et la "fin des régimes militaires".

« Prêts pour dégager Aziz », ont scandé les manifestants qui se sont rassemblés devant la télévision nationale. Élu en 2009 avec 53% des voix, l’ancien général était arrivé au pouvoir après son coup d’état de 2008, qui avait déposé le premier président démocratiquement élu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

« Le processus devant accélérer le départ du despote est désormais lancé », a affirmé le porte-parole de la manifestation, Mohamed Fadel, du parti islamiste modéré Tawassoul. « Rien ne permet plus une cohabitation entre le peuple et Aziz, nous voulons le contraindre à déguerpir par la lutte pacifique », a-t-il déclaré.

"Positions anti-démocratiques"

La manifestation a été organisée par la Coordination de l’opposition démocratique (COD), qui a mobilisé les organisations de jeunes de ses dix partis. Depuis quelques mois, elle s’est radicalisée et exige désormais le départ du chef de l’Etat. Mais ce dernier, qui multiplie les visites en province afin de dénoncer ce qu’il considère comme des « positions anti-démocratiques », continue de drainer les foules.

Cette manifestation n’est pas la première de la semaine. Mercredi déjà, le Mouvement des jeunes de Mauritanie (MJM) avait organisé un rassemblement contre le régime d’ « Aziz ». La manifestation a été dispersée et plusieurs manifestants avaient été arrêtés.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici