Fermer

Législatives algériennes : la politique, après le foot…

Les Algériens ont les yeux fixés sur le Stade du 5 Juillet, pas sur le vote du 10 mai. © D.R.

Le Printemps arabe aura-t-il lieu par les urnes en Algérie ? Peut-être... Mais en attendant les législatives du 10 mai, c'est la finale de la Coupe d'Algérie de football qui passionne les foules. Premier volet d'une série de dix reportages préélectoraux.

Deux semaines après son lancement, la campagne électorale ne passionne guère l’opinion algérienne. Pourtant, en un demi-siècle d’indépendance, l’offre politique n’a jamais été aussi diverse. Une quarantaine de partis et des centaines de listes indépendantes briguent les 462 sièges de députés dans la septième législature de l’histoire du pays sans que cela ne semble soulever l’enthousiasme.

L’Assemblée sortante n’a été élue que par 35% du corps électoral (40% pour les dernières élections au Maroc et près de 50% pour la Constituante en Tunisie). L’explication de ce désintérêt est complexe. En milieu urbain, le quidam a d’autres chats à fouetter et de nombreux soucis à résoudre. En revanche, en milieu rural, où les loisirs ne sont pas légion, l’ambiance de kermesse qui accompagne les meetings électoraux apporte un divertissement pour des villageois qui ont alors l’occasion de voir en chair et en os des vedettes et personnalités politiques, venus leur « vendre » leur programme.

Toutefois, citadins ou campagnards sont se rejoignent sur un point. Quelle que soit l’importance de l’échéance électorale du 10 mai, on n’en parlera sérieusement qu’après le 1e mai. Pourquoi précisément après cette date qui coïncide avec la fête du travail ? La réponse est simple : c’est le jour de la finale de la Coupe d’Algérie de football…

Algériens vs Algérois

L’édition 2012 oppose les deux clubs algériens qui ont le plus beau palmarès du foot algérien : l’Entente sportive de Sétif (ESS) et le Chabab Riadhi de Belouizdad (CRB, anciennement Belcourt, quartier populaire d’Alger). Les Hauts Plateaux contre la capitale. Les pauvres contre les nantis. Algériens vs Algérois. Du coup, la rencontre n’intéresse pas uniquement les Sétifiens et les Belcourtois mais toute l’Algérie du foot.

Cerise sur le gâteau, le président Abdelaziz Bouteflika, qui remettra au vainqueur la coupe, aux environs de 17 heures TU [Elle a finalement été remportée par l’ES Sétif, 2-1, NDLR], sera accompagné – et c’est une première – de Sepp Blatter, président de la Fifa. Convaincu que son équipe va gagner le trophée, un sétifien assure que la finale « aura des allures de coupe du monde. » Et a Belouizdad, les endroits dédiés aux affiches électorales ont tous été drapés de rouge et de blanc, les couleurs du CRB. La finale d’abord, les élections ensuite.

________

Par Cherif Ouazani, envoyé spécial à Alger

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici