Fermer

Naufrage du Joola : la cour d’appel de Paris ouvre la voie à un procès

Les tombes de victimes du naufrage du Joola, à Ziguinchor, le 18 mars 2012. © AFP

La Cour d'appel de Paris a décidé de poursuivre l'instruction à l'encontre de sept hauts responsables sénégalais, soupçonnés d'être impliqués dans le naufrage du Joola en 2002. Un drame qui avait causé la mort de près de 1 900 personnes.

La procédure judiciaire contre les hauts responsables sénégalais dans l’affaire du naufrage du « Joola » ne va pas s’arrêter là. Lundi 7 mai, la cour d’appel de Paris a rejeté la requête en nullité déposée contre l’enquête menée à Evry (département français de l’Essonne) contre les sept Sénégalais accusés de négligence ayant conduit au naufrage du ferry. Un drame qui avait provoqué, le 26 septembre 2002, la mort de 1 863 personnes selon le bilan officiel.

En tout, sept responsables sénégalais, civils et militaires, sont visés par la procédure. Comme 22 des victimes étaient de nationalité française, une enquête avait été ouverte en France le 1er avril 2003 pour « homicides et blessures involontaires », « violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence » et « défaut d’assistance à personne en péril ». Les avocats des Sénégalais mis en cause, absents lors de la décision, avaient demandé à la chambre d’instruction d’annuler l’enquête.

"Inconcevable de passer l’éponge"

Au cours de l’été 2011, le parquet d’Evry avait requis un non-lieu. Aujourd’hui il revient donc au juge d’instruction de décider d’éventuelles mises en examen avec procès devant un tribunal. De son côté, la justice sénégalaise avait refermé le dossier dès 2003.

« Nous sommes très heureux de cette décision, il aurait été inconcevable de passer l’éponge sur ce naufrage qui a fait 1 863 morts. Nous souhaitons désormais un renvoi devant le tribunal correctionnel, espérant que le juge d’instruction ne suivra pas les réquisitions du parquet », a déclaré Me Papa-Khaly Niang, avocat de parties civiles.

Sur les sept responsable sénégalais visés par des mandats d’arrêt dans cette enquête, un seul d’entre eux a été interpellé, en octobre 2010 à Paris, mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

Selon les associations de victimes, plus de 2 000 personnes sont mortes dans le naufrage du Joola, au large de la Gambie.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici