Fermer

RDC : le général mutin Ntaganda et ses hommes fuient vers la frontière du Rwanda

Par Jeune Afrique

Bosco Ntaganda est un ancien chef d'état-major de l'ex-rébellion du CNDP. © AFP

L'ex-rebelle intégré à l'armée en 2009 et désormais général mutin en fuite, Bosco Ntaganda, se dirige avec ses hommes vers le parc national des Virunga, à la frontière rwandaise, après avoir échangé des tirs avec les FARDC. Kinshasa veut le juger pour rebellion.

Mis à jour à 11h57.

Premiers accrochages entre Bosco Ntaganda et les Forces armées de RDC (FARDC) depuis la fuite du général mutin au Nord-Kivu (Est). « Nous avons commencé les combats à minuit (22 heures GMT). Le général Bosco était dans les rangs » des combattants, a déclaré un capitaine de l’armée, ex-membre de l’ancienne rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), dont Ntaganda était lui-même chef d’état-major avant son intégration dans l’armée en 2009 avec ses hommes.

« Après quatre heures d’échanges de tirs nourris à Kibumba [localité à la frontière des territoires de Nyiaragongo et Rutshuru, NDLR], nous avons été appuyés par des tirs à l’arme lourde », a précisé le capitaine. « Les mutins se sont dispersés. Ils sont partis dans les forêts derrière Kibumba, qu’ils ont traversé cette nuit », a affirmé le capitaine, précisant qu’ils étaient « nombreux » et se dirigeaient vers le parc des Virunga, situé à la frontière avec le Rwanda et classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

« Plus de 25 tonnes d’armement ont été récupérées dans la ferme de Bosco Ntaganda à Masisi », a déclaré Célestin Sibomana, attaché de presse du gouvernorat. « Il y a des armes lourdes : des mortiers, des canons sans recul et des armes légères. Quelques armes ont été présentées au gouverneur [Julien Paluku ; NDLR] lorsqu’il était en tournée dans cette partie du Masisi pour sensibiliser les populations au retour », a-t-il précisé.

Ultimatum

Dans la nuit de vendredi, les Forces armées (FARDC) avaient pourtant suspendu leurs attaques dans le Nord-Kivu, affirmant que la situation était « maîtrisée » dans le Masisi et le Rutshuru. Elle a aussi laissé un ultimatum de cinq jours aux mutins pour se rendre. « Nous sommes des militaires: le délai passé, si les mutins ne se rendent pas, nous allons poursuivre les opérations contre eux », avait cependant prévenu le colonel Sylvain Ekenge, porte-parole militaire pour les provinces des Nord et Sud Kivu (est).

Le parti politique CNDP, né des accords de paix de 2009 entre le gouvernement et les ex-CNDP, a salué mardi dans un communiqué la suspension des opérations et a apellé « les FARDC et leurs éléments mutins à maintenir cette trêve et (…) à privilégier le dialogue au détriment des armes qui tuent, détruisent et provoquent des déplacements massifs » de populations.

"Terminator"

Surnommé « Terminator », le général Ntaganda est visé depuis 2006 par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour enrôlement d’enfants pendant la guerre civile en Ituri (2002-2003). Le gouvernement a toujours refusé de l’arrêter, estimant que la paix prévalait sur la justice, mais il l’a jugé dernièrement « responsable » des combats et souhaite le faire comparaître devant des « juridictions congolaises ».

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici