Fermer

RDC : le gouvernement investi présente son plan quinquennal

Le Premier ministre de RDC Augustin Matata Ponyo, le 19 avril 2012 à Kinshasa. © AFP

Le gouvernement congolais a été investi mercredi 9 mai, après avoir présenté un programme quinquennal aux députés. Le Premier ministre Augustin Matata Ponyo a proposé un plan d’action résolument économique et social, promettant une amélioration des conditions de vie des Congolais.

Les volets social et économique seront au cœur du programme quinquennal du gouvernement congolais, investi mercredi 9 mai.

« Sur 388 députés qui ont pris part au vote, 324 députés ont voté pour, 53 députés ont voté contre, 11 députés se sont abstenu. En conséquence, l’assemblée plénière approuve le programme du gouvernement », a affirmé le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, devant les députés. Un vote qui vaut investiture du nouveau gouvernement.

Dès lundi, Augustin Matata Ponyo, le Premier ministre, avait présenté aux députés un programme quinquennal, établissant le plan d’action gouvernemental pour les années à venir. Premier objectif : « consolider » les résultats du gouvernement sortant à travers le « maintien de la stabilité macroéconomique et l’accélération du train de réformes en vue de libérer la croissance à des niveaux compatibles avec la réduction rapide de la pauvreté », avait affirmé le Premier ministre. La finalité de ce programme est de « créer les conditions de stabilité politique, propice à une croissance robuste, redistribuée et créatrice d’emploi, dans une économie stable et compétitive, soutenue par des institutions performantes », a expliqué le ministre sortant de l’Économie et des Finances.

Urgence

L’un des pans essentiels de ce programme vise à développer le soutien étatique au secteur privé, afin d’œuvrer dans les domaines prioritaires. En premier lieu, le développement des infrastructures et des services, dans cet immense pays ravagé par la guerre et la corruption. Le plan d’action veut aussi honorer les promesses du chef d’État Joseph Kabila, qui avait déclaré lors de son investiture, avoir « reçu 5 sur 5 » le message des électeurs qui réclamaient une « action urgente » sur « le chômage, les revenus des ménages, la satisfaction des besoins sociaux de base, la salubrité de nos villes, les conditions de vie dans nos villages et la distribution de la justice ». Le gouvernement prévoit donc d’œuvrer à l’amélioration du quotidien des 68 millions de Congolais, dont 71% vivent avec environ un dollar par jour malgré les importantes ressources minières (diamant, coltan, cassitérite…) dont dispose le pays, classée au 196e et dernier rang du classement 2011 de l’indice de développement humain de l’ONU.

Le gouvernement table donc sur « la création d’emplois décents, la réinsertion socio-économique des jeunes défavorisés, la protection sociale des personnes et groupes vulnérables, la réorganisation de la sécurité sociale », ainsi qu’un meilleur accès à l’eau potable, à l’éducation et à la santé. Autre promesse du Premier ministre : le salaire minimum « sera appliqué et amélioré progressivement en fonction des ressources publiques (…) ».

En ce qui concerne les ressources, le gouvernement « entend réduire les distorsions résultant de l’existence de plusieurs régimes fiscaux » dans le secteur minier, et professionnaliser la filière, sujette aux fraudes, a-t-il promis.

Réputé pour sa rigueur, Augustin Matata Ponyo a une nouvelle fois appelé les membres du gouvernement à faire preuve d’intégrité et de probité dans sa mission.

(Avec AFP)
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici