Fermer

Côte d’Ivoire : pourquoi Drogba veut partir en Chine, sa possible reconversion dans les affaires

Didier Drogba, vainqueur de la Ligue des Champions avec Chelsea, le 19 mai 2012. © Reuters

On en sait un peu plus sur les motivations de Didier Drogba à poursuivre sa carrière en Chine. Certes le salaire proposé est hyper attractif - 320 000 euros hebdomadaire et 1,2 million d’euros mensuels -, mais l’international ivoirien compte également profiter des opportunités d'affaires en Asie.

Comme annoncé il y a trois mois par Jeune Afrique, l’international ivoirien Didier Drogba rejoindra son ancien coéquipier et ami Nicolas Anelka en Chine, dans le club Shangai Shenhua. La star des « Blues » de Chelsea (Angleterre), qui n’a plus rien à prouver sur le vieux continent après son sacre en Ligue des Champions le 19 mai à Münich face au Bayern, a déjà annoncé son départ du club d’outre manche.

Rapports tendus entre Anelka et le Shangai Shenhua

Les négociations menées entre Terno Seydi, l’agent du joueur et l’actionnaire majoritaire du Shanghai, Zhu Jun, seraient sur le point de se conclure. Des discussions qui interviennent à un moment où les rapports sont tendus entre le français Nicolas Anelka et la direction du club chinois. L’ancien joueur de l’équipe de France brandit régulièrement des menaces de départ, estimant ne pas être suffisamment soutenu par sa direction.

L’arrivée de l’Argentin Sergio Baptista, champion du monde 1986 et ancien sélectionneur de l’Albiceleste (sélection argentine) a cependant tempéré les ardeurs d’Anelka. Quant à Didier Drogba, le salaire de 1,2 million d’euros mensuels proposé par les dirigeants de Shangai Shenhua ne serait pas la seule motivation de l’ivoirien. «  le championnat chinois n’est pas attractif et compétitif. La pelouse des stades laisse à désirer. Didier qui prépare sa reconversion à la fin de sa carrière, est intéressé par les opportunités d’affaires dans cette partie du monde en forte croissance », confie un proche du joueur.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici