Fermer

Législatives françaises : Malika Schmidlin-Ben M’Barek, mince espoir socialiste alsacien

Malika Schmidlin-Ben M'Barek, candidate PS à 6e circonscription du Haut-Rhin. © DR

On ne peut pas la qualifier de "parachutée". Malika Schmidlin-Ben M'Barek, candidate aux législatives dans la 6e circonscription du Haut-Rhin, est née à Mulhouse où elle est conseillère municipale depuis 2008. Mais, au milieu d’une Alsace très à droite et face à un candidat sortant favori, cette socialiste d’origine tunisienne aura fort à faire.

Malika Schmidlin-Ben M’Barek a un sacré défi à relever. Candidate du Parti socialiste aux législatives françaises à la 6e circonscription du Haut-Rhin, soutenue par Europe-Écologie-Les Verts (EELV), elle doit affronter le candidat sortant Francis Hillmayer (Nouveau Centre, NC), 66 ans. Élu depuis 2000, cet ancien photographe de presse a en effet toutes les chances de l’emporter.

>>> (Dossier) Législatives françaises : 2012, l’année de la diversité ?

Qu’importe. Cette conseillère municipale mulhousienne, née de parents tunisiens, espère faire de la 6e circonscription l’« exception », l’îlot rose au milieu de l’océan bleu alsacien. « Il faut se rassembler derrière le candidat capable de battre l’UMP et le FN pour donner une large majorité à François Hollande », explique-t-elle à loisir à ses électeurs, en espérant séduire les quartiers du nord de la ville notamment. Ceux-ci avaient voté à près de 60% pour François Hollande au premier tour de la présidentielle.

"Je n’ai pas la notoriété suffisante"

Consciente de son handicap dans une circonscription où la candidate frontiste, Martine Binder, s’appuie sur le très bon score de Marine Le Pen à la présidentielle (24%), Malika Schmidlin-Ben M’Barek a axé sa campagne sur le thème de l’emploi. Un choix logique pour cette conseillère « emploi et insertion professionnelle », diplômée d’État en assistance de service social et titulaire d’un master de responsable en relations humaines. D’autant que le dossier clé de l’élection sera sans doute celui des délocalisations d’entreprises, incarné par la lutte des salariés des usines de Schildler et de Tresch.

Mais malgré le profil adapté et la combattivité de cette mère de deux enfants, ses chances restent faibles. Un redécoupage électoral récent a en effet ajouté à la circonscription un canton supplémentaire, décrit comme très sarkozyste…

Malika Schmidlin-Ben M’Barek ne s’estime cependant pas « sacrifiée », se déclarant « volontaire » pour aller au front. Cette élection, « c’est un jalon, une étape », explique-t-elle, tout en reconnaissant qu’elle n’a « pas encore la notoriété » de ses rivaux. Cela ne durera peut-être pas. Si, au soir du premier tour, elle était en position de se maintenir en compagnie de la candidate FN et du député sortant, il lui serait permis d’espérer une triangulaire gagnante.

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici