Fermer

Mali : trois personnes inculpées dans le cadre de l’enquête sur l’agression du président Traoré

Le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 3 mai 2012 à Dakar. © Seyllou/AFP

Trois membres d'associations de soutien à l'ex-junte malienne ont été inculpés mardi dans le cadre de l'enquête sur l'agression du président de transition, Dioncounda Traoré. Mais les faits ont été requalifiés en simples "troubles grave à l'ordre public" par le procureur de la République, Sombé Théra. Par ailleurs, une information judiciaire pour "tentative d'assassinat et complicité, coups et blessures volontaires et non-assistance à personne en danger" a été ouverte.

Les premières inculpations sont tombées dans le cadre de l’enquête sur l’agression dont a été victime le président malien de transition Dioncounda Traoré, le 21 mai au palais présidentiel de Bamako. Trois responsables de « Yèrè wolo ton » (les « dignes fils », en langue bambara), une des associations membres du Mouvement populaire du 22 mars (MP22) et de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam), pro-putschistes, ont été accusés par le parquet de « troubles graves à l’ordre public » et écrouées à Bamako.

Les trois individus – Boubacar Boré, Yacouba Niaré et Mamadou Sangaré – avaient été arrêtés le 23 mai placés sous mandat de dépôt le cinq jours plus tard, a précisé le procureur de la République, Sombé Théra. Ils font partie d’une cinquantaine de personnes interpellées dans le cadre de l’enquête, certaines ayant été relâchées, mises à la disposition de la justice ou encore  « aux arrêts ».

"Élargir le champ d’investigation"

Selon le procureur, les faits ont été « requalifiés ». « Au lieu de "coups et blessures sur la personne du président de la République", les prévenus sont maintenant poursuivis pour « troubles graves à l’ordre public ». Motif officiel : cela permettait d’élargir le champ d’investigation. À moins que cela ne soit surtout une manoeuvre pour « noyer le poisson », car les peines encourues par les responsables présumés pourraient être de ce fait beaucoup plus faibles…

Par ailleurs, « une information judiciaire vient d’être ouverte pour tentative d’assassinat et complicité, coups et blessures volontaires et non-assistance à personne en danger », a indiqué une source judiciaire. « Mais pour le moment personne n’est inculpé » de ces chefs d’accusation, a-t-elle précisé.

Dioncounda Traoré, 70 ans, a été blessé dans l’attaque, mais sans lésion grave. Il s’est rendu en France le 23 mai pour des examens médicaux et poursuivait mardi son séjour dans ce pays.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici