Fermer

France – Afrique : ce que prépare François Hollande

Par Jeune Afrique

La Une de J.A. n°2684. © J.A.

À peine installé à l’Élysée, le président français a multiplié les contacts avec les chefs d’État africains, crise malienne oblige. De coups de fils en rencontres, il en a profité pour imposer son style, réaliste et prudent. La méthode du nouveau locataire de l’Élysée vis-à-vis de l’Afrique pourrait bien, cette fois, être vraiment différente de ses prédécesseurs. Jeune Afrique y consacre un dossier dans sa prochaine édition.

Quatre ou cinq entretiens au téléphone avec des chefs d’État, trois réceptions de travail à l’Élysée pour un roi et deux présidents: les premiers pas « africains » de François Hollande ressemblent à des grandes enjambées mais prudemment comptées.

Nicolas Sarkozy, en 2007, avait démarré plus rapidement son initiation au continent, où il s’était rendu en précampagne électorale, avant de se fourvoyer du côté de Dakar, lors d’un discours resté dans les mémoires. Son successeur, lui, a déjà atteint son rythme de croisière: un mois et demi après son arrivée à l’Élysée, les lignes de ce que sera sa relation avec l’Afrique apparaissent. Et elles sont sans surprises: prudentes, réalistes, normales.

La méthode, elle aussi, prend, pour le moment, des atours de retour à la normalité.

À lire aussi dans Jeune Afrique 2684

Rio+20 le vrai défi. Les représentants africains au cinquième Sommet de la Terre plaideront la cause d’une région qui veut protéger son environnement sans sacrifier sa croissance. 

Maroc: El Yazami, Mao M6 et lui. Ancien gauchiste, le président du Conseil national des droits de l’homme s’est converti au réformisme au début des années 2000. Et multiplie depuis les misions réussies.

Algérie: crise de nerf post-électorale. Au lendemain des élections législatives du 10 mai, les tensions latentes au sein des partis ont éclaté au grand jour.

À l’Élysée, ils sont deux conseillers (Hélène Le Gal et son adjoint Thomas Mélonio) à prendre les Africains au téléphone et préparer les dossiers pour le président.

Au Quai d’Orsay, Laurent Fabius a déjà rencontré de nombreux ministres et un chef d’État (le Malien Dioncounda Traoré) et il compte se rendre rapidement sur le continent.

À la « coopé », devenue ministère délégué au Développement, Pascal Canfin, le nouveau maître des lieux, 37 ans, compte se consacrer uniquement à l’aide publique, aux négociations internationales et aux stratégies de développement. Le village franco-africain, très peu pour lui. Dans une interview qu’il a accordée à Jeune Afrique, il affirme : « Le temps de la « coopé » est révolu. Il va falloir vous y habituer. »

___

Lire "France-Afrique dans le n°2684 de Jeune Afrique, en kiosques du 17 au 23 juin 2012.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici