Fermer

Crise malienne : la médiation burkinabè poursuit les discussions avec Ansar Eddine à Ouagadougou

Blaise Compaoré (2e d) salue la délégation d'Ansar Dine, le 19 juin à Ouagadougou. © Ahmed Ouaba/AFP

Alors que la Cedeao et l'Union africaine ne désespèrent pas d'obtenir le feu vert de l'ONU pour une intervention militaire au Nord-Mali, les négociations menées par le Burkina Faso continuent à Ouagadougou.

Le groupe islamiste Ansar Eddine ayant accepté le principe d’une médiation burkinabè dans la crise malienne suite à une rencontre formelle avec Blaise Compaoré lundi, les discussions se sont poursuivies mardi à Ouagadougou. « Nous poursuivons les échanges avec eux pour mieux leur expliquer notre position et celle de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) », a expliqué un proche de Compaoré venu retrouver la délégation des rebelles dans un grand hôtel de la capitale.

Blaise Compaoré avait appelé Ansar Eddine à rompre tout lien avec les « terroristes » d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). « Nous demandons au monde de nous comprendre, (…) nous nous battons au nom d’Allah. Nous, on n’est pas Al-Qaïda. L’islam interdit de prendre quelqu’un en otage » ou même « l’argent de la rançon d’un otage », a répondu Cheick Ag Wissa, porte-parole de la délégation islamiste.

Le noeud gordien de la charia

Même si elle a été supplantée en nombre et en force par Ansar Eddine, la rébellion touarègue du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) est également présente à Ouagadougou ou elle a envoyé une délégation après avoir elle aussi rencontré Compaoré le 9 juin. « Rien ne peut sortir de nos discussions tant qu’Ansar Dine réclame l’application de la charia et le djihad », affirme Magdi Ag Bohada, responsable du MNLA à Gao (Nord-Mali). Des propos qui confirment la division régnant au sein du mouvement entre les tendances laïque et islamiste.

Magdi Ag Bohada précise que le MNLA a « confiance » dans le Burkina Faso mais pas dans les autorités maliennes. L’objectif de la médiation burkinabè est de parvenir à un « agenda global de sortie de crise » qui se conclurait par des négociations générales entre groupes armés, communautés du Nord et autorités maliennes.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici