Fermer

Cameroun : un Français assassiné à Yaoundé

Il s'agit du deuxième français tué au Cameroun ces deux derniers mois © AFP

Un volontaire français enseignant au Cameroun a été tué dimanche 8 juillet à Yaoundé, "victime d'une agression à l'arme blanche à son domicile", a annoncé un communiqué du Service protestant de mission. C’est le deuxième français assassiné au Cameroun en deux mois.

Éric De Putter, un volontaire français de la solidarité internationale (VSI) enseignant à l’Université Protestante d’Afrique Centrale (basée à Yaoundé) a été assassiné dimanche 8 juillet dans la capitale camerounaise. « Il a été victime d’une agression à l’arme blanche à son domicile de Yaoundé », indique  dans un communiqué un organisme religieux français, le Service protestant de mission (Défap).« Une enquête de police a immédiatement été ouverte. Les services consulaires de l’ambassade de France à Yaoundé sont mobilisés », précise le texte.

«Dimanche, vers 20h15, il était chez lui avec son épouse et un ami lorsque quelqu’un a frappé à la porte. Il est allé ouvrir et a été poignardé par un individu qui s’est enfui en courant. Sa femme a crié et a appelé la police», a confié au Figaro Jean-Luc Blanc, coordinateur au Défap. 

Deuxième français tué

« Âgé de 31 ans, Éric De Putter exerçait les fonctions d’enseignant depuis près de deux ans au Cameroun et s’apprêtait à rentrer définitivement en France », précise dans son communiqué le Défap. Il y enseignait la science des religions, l’hébreu et la littérature hébraïque. Le motif du meurtre est pour l’instant inconnu.

Il s’agit du deuxième français tué au Cameroun ces deux derniers mois. Le 13 mai, Roger Plantadis, un expatrie français, avait été retrouvé décapité à la machette à son domicile de Douala.

(Avec AFP)
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici