Fermer

Nord-Mali : les islamistes d’Ansar Eddine laissent tomber le drapeau noir

Le nouveau drapeau d'Ansar Eddine distingue le groupe des autres djihadistes. © D.R.

Fini le noir djihadiste, place au blanc... mais pas immaculé. Les émissaires du groupe Ansar Eddine qui étaient au Burkina Faso pour répondre à une invitation du médiateur Blaise Comparé sont rentrés avec un nouveau drapeau, bien différent de celui utilisé par Aqmi et le Mujao.

Les émissaires du groupe Ansar Eddine sont rentrés le 2 juillet à Kidal par un vol spécial affrêté par le Burkina Faso après plusieurs semaines passées à Ouagadougou pour les négociations sur la crise malienne. Et les ambassadeurs du mouvement d’Iyad Ag Ghali ne sont pas rentrés les mains vides. Ils ont amené avec eux un nouveau drapeau, blanc avec, comme emblèmes inscrits en rouge, le kalachnikov et le sabre surmontés du Coran.

Comme suggéré par le médiateur de la Cedeao, Blaise Compaoré, le mouvement islamiste qui occupe le Nord-Mali veut ainsi se distinguer d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Les deux groupes, qui utilisent toujours le drapeau noir du djihad et détiennent plusieurs Occidentaux et diplomates agériens en otages, ont revendiqué de nombreux actes terroristes sur les territoires mauritanien et algérien.
 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici