Fermer

Mali : le Mujao libère les trois otages européens enlevés en Algérie

Par Jeune Afrique

Le Mujao est un groupe gjihadiste dissident d'Aqmi. © AFP

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a affirmé mercredi 19 juillet avoir relâché trois otages européens détenus au Mali. Ils auraient été échangés contre trois prisonniers islamistes et le versement d'une rançon.

Après trois de ses sept otages algériens, c’est au tour de deux humanitaires espagnols – un homme et une femme – et d’une Italienne d’être libérés, mercredi 18 juillet, au Mali, par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). « Considérez qu’ils sont libérés, puisque nos conditions ont été respectées », a affirmé Mohamed Ould Hicham, un des responsables de ce groupe islamiste armé, dissident d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

>> Lire aussi : Le chef du Mujao prend ses aises à Gao

Les otages européens étaient détenus au Mali après avoir été enlevés en Algérie dans la région de Tindouf (Ouest), en octobre 2011. Les « conditions » évoquées par Ould Hicham sont, selon ce dernier, la libération de trois prisonniers islamistes faits prisonniers dans un pays musulman et le paiement d’une rançon. Il n’a cependant pas précisé le montant de cette rançon qu’il a qualifiée de « dette », en ajoutant qu’elle serait connue plus tard.

Seule certitude : début mai, le Mujao avait réclamé le versement de 30 millions d’euros en échange de la libération de deux des trois otages – les deux femmes – et la libération de prisonniers détenus en Mauritanie. À Nouakchott, un site mauritanien d’informations en ligne, Alakhbar, a écrit mercredi que parmi les prisonniers islamistes qui ont été échangés contre les otages figure un Sahraoui du nom de Memine Ould Oufkir.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici