Fermer

Tunisie : Ben Ali à nouveau condamné à perpétuité pour complicité de meurtres

L'ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali. © AFP

L'ancien président Zine el-Abidine Ben Ali a été condamné une deuxième fois à la prison à perpétuité par contumace, jeudi 19 juillet. Il était accusé de complicité dans le meurtre de 43 manifestants pendant la révolution de 2011.

Encore une condamnation à perpétuité par contumace contre l’ex-président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali, en exil en Arabie Saoudite. Motif : complicité dans le meurtre de 43 manifestants durant le soulèvement qui l’a renversé en janvier 2011.

Cette fois, c’est le tribunal militaire de Tunis qui l’a condamné à la prison à vie. À la mi-juin, il avait écopé d’une peine identique, prononcée par le tribunal militaire du Kef (ouest), toujours pour son rôle dans la mort de manifestants durant la révolution. Mais Ben Ali s’était vu aussi prononcer de lourdes sentences contre lui dans de nombreuses autres affaires.

Colère des familles des victimes

Il était jugé avec une quarantaine de responsables de son régime, dont le général Ali Seriati, ancien chef de la sécurité présidentielle condamné à 20 ans de réclusion, et deux ex-ministres de l’Intérieur, Rafik Belhaj Kacem, condamné à 15 ans, et Ahmed Friaa, qui bénéficie, lui, d’un non-lieu.

Des verdicts jugés trop clément par les familles des victimes, notamment pour les cas de MM. Seriati et Kacem et pour la relaxe de M. Friaa. Tous étaient traduits en justice pour leur rôle dans la mort de 43 manifestants et les blessures de 97 autres dans le gouvernorat de Tunis et dans d’autres villes du nord du pays comme Bizerte et Nabeul.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro