Fermer

JO 2012 : le boxeur malien Mohamed Diaby suspendu pour dopage

Mohamed Diaby, vice-champion d'Afrique de boxe. © Pierre Mérimée pour J.A.

Le Mali n’enverra finalement pas de boxeur aux Jeux olympiques de Londres 2012. Mohamed Diaby a été disqualifié après avoir été contrôlé positif à un test anti-dopage.

Les 31 membres de la délégation malienne aux Jeux Olympiques (JO) de Londres 2012 se sont envolés de Bamako au soir du 23 juillet, en laissant dernière eux Mohamed Diaby, le jeune boxeur de 28 ans qui s’était qualifié pour le plus grand rendez-vous sportif mondial – une première pour le Mali dans cette discipline. En cause : un contrôle anti-dopage positif à Casablanca, au mois de mai dernier.

« Le résultat a fait l’effet d’une bombe au sein de la Fédération malienne de boxe (FMB) en juin dernier », commente le colonel Raoul Diakité, président de la FMB. « Nous n’y avons pas cru jusqu’à ce qu’une deuxième analyse soit effectuée sur l’échantillon B, en présence du sportif lui-même ». La sanction est immédiate : Diaby ne boxera pas aux JO dans la catégorie welter.

Pour préparer les Jeux, le jeune athlète de 69 kg est passé au mois de mars à Bamako avant d’effectuer plusieurs stages de préparation, notamment à Cuba. Or sa présence au Mali a coïncidé avec le coup d’État du 22 mars, ce qui a réduit ses déplacements alors même qu’il venait d’attraper une grippe, explique-t-on à la FMB.

Négligence coupable

C’est pour se soigner que le jeune boxeur aurait alors consommé un produit interdit depuis 2011. « Le médecin qui lui a prescrit le produit n’était pas un spécialiste du sport de haut niveau », explique le président de la FMB, qui reconnaît les erreurs à la fois de la fédération et du boxeur. « C’était une négligence de notre part mais aussi de celle de Diaby lui-même, car il doit savoir les produits qu’il ne doit pas consommer ».

L’avocat de l’athlète a déposé un dossier dans lequel il justifie la prise du produit dopant par une négligence en niant la volonté de tricher. L’association de boxe amateur (ABA) n’a pas encore décidé de la date d’évaluation du dossier.

_______

Par Baba Ahmed, à Bamako

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici