Fermer

Tunisie : nouveaux heurts à Sidi Bouzid, berceau de la révolution

Manifestation devant le local d'Ennahdha, à Sidi Bouzid, le 26 juillet 2012. © Mokhtar/AFP

Les manifestations pacifiques d'ouvriers réclamant leur paie se sont transformées, jeudi 26 juillet, en véritables émeutes à Sidi-Bouzid. Aucun blessé n'est cependant à déplorer dans cette ville du centre-ouest de la Tunisie où est née la révolution.

La situation sociale est toujours aussi préoccupante en Tunisie, où le gouvernement mené par Hamadi Jebali (Ennahdha, islamiste), confronté à un large mouvement de contestation, n’a pas encore réussi à tenir ses promesses de redressement de l’économie. Signe d’une attente populaire frustrée, plusieurs dizaines de manifestants s’en sont pris, jeudi 26 juillet, au siège du gouvernorat (préfecture) de Sidi Bouzid (Centre-Ouest).

La ville, d’où était partie la révolution tunisienne en décembre 2010, a été le théâtre de violents affrontements, la police procédant à des tirs de sommation et de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Un pneu a été enflammé avant d’être jeté à l’intérieur du gouvernorat.

"La police de Ben Ali"

« Voici de nouveau la police de Ben Ali », ont crié les assaillants en lançant des pierres en direction des forces de l’ordre appuyés par des éléments de l’armée. Ils ont aussi tenté d’incendier le local d’Ennahda, défonçant la porte d’entrée et saccagean les bureaux situés dans un immeuble du centre-ville.

Les émeutes sont parties d’un mouvement à la base pacifique, des ouvriers privés de salaire depuis plusieurs semaines réclamant leur dû avant d’être ralliés, jeudi, par leurs proches et des habitants de la ville. Le ministère de l’Intérieur a cependant démenti que la police ait procédé à des tirs de sommation. Aucun blessé n’a été signalé.

(Avec AFP)

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici