Fermer

Cameroun : ouverture à Yaoundé du procès de Marafa Hamidou Yaya

Marafa Hamidou Yaya (c) quitte le tribunal, le 16 juillet 2012 à Yaoundé. © AFP

L'ancien ministre de l'Intérieur camerounais, Marafa Hamidou Yaya, est suspecté d'avoir détourné, avec d'autres accusés, la somme de 29 millions de dollars dans l'"affaire Albatros". Son procès a débuté sous haute tension, le 26 juillet à Yaoundé.

Si l’Albatros n’a jamais décollé, l’argent qui devait le financer s’est, lui, bien envolé. L’ex-ministre camerounais de l’Intérieur, Marafa Hamidou Yaya, fait partie des suspects accusés de détournements de fonds publics dans cette désormais fameuse « affaire Albatros ». Son procès s’est ouvert jeudi 26 juillet et se poursuivait vendredi avec l’audition des témoins de l’accusation.

Les deux premiers témoins présentés par les accusateurs de M. Marafa, poursuivi en même temps que cinq autres personnes, ont comparu pendant plus de huit heures, lors d’une audience qui s’est terminée dans la nuit de jeudi à vendredi. Dix autres témoins de l’accusation doivent encore se succéder au tribunal, avant la déposition de ceux des accusés.

29 millions de dollars

Il est reproché à Marafa Hamidou Yaya d’avoir détourné avec d’autres accusés, dont Yves Michel Fotso, ancien patron de la défunte compagnie aérienne Camair, la somme de 29 millions de dollars (23,6 millions d’euros). Cet argent était une avance faite par le Cameroun en 2001 pour l’acquisition d’un avion présidentiel – surnommé Albatros – auprès du constructeur américain Boeing. L’opération n’a jamais abouti et l’argent est depuis porté disparu. Ce scandale d’État est désormais baptisé « affaire Albatros », en référence au nom de l’avion.

Début mai, un ex-ambassadeur du Cameroun aux Etats-Unis, Jérôme Mendouga, a écopé de dix ans de prison dans le cadre de la même affaire.

(Avec AFP)

 

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici